Coronavirus en Espagne : de plus en plus de villes reconfinées

Par Elodie D., Caroline J., Alexandre G. · Publié le 20 juillet 2020 à 11h22 · Mis à jour le 20 juillet 2020 à 11h24
Plusieurs reconfinements locaux ont lieu en Espagne en raison de l'augmentation des cas de coronavirus, depuis le samedi 4 juillet 2020. La région de Catalogne a alors ordonné le confinement de 200 000 habitants autour de la ville de Lérida, après la multiplication des clusters dans la région. Barcelone ainsi qu'une douzaine d'autres communes alentours sont également concernées depuis le 17 juillet. Ce dimanche 19 juillet 2020 les villes Figueres, Vilafant et Sant Feliu de Llobregat s'ajoutent à la zone de reconfinement.

La région de Catalogne a réagi rapidement à l'augmentation des cas de coronavirus. Le 4 juillet au matin, le président de la région, Quim Torra, a déclaré : "Nous avons décidé de confiner la zone del Segrià (autour de la ville de Lérida), sur la base de données qui confirment une croissance très importante du nombre de contagions de Covid-19". Avec un effet quasi immédiat, le confinement débutant à midi le samedi 4 juillet 2020, les habitants ayant jusqu'à 16h pour revenir chez eux. Un reconfinement qui aurait du durer une quinzaine de jours. 

Pourtant, la justice espagnole a tranché le 13 juillet en suspendant le reconfinement des 200 000 habitants concernés car la mesure est considérée comme contraire au droit. Une décision qui peut tout de même faire l'objet d'un recours. Le président de la région a par ailleurs exprimé son désaccord face à ce verdict. 

Aussi, moins de 48 heures après le verdict, le tribunal de Lérida en charge du dossier est revenu sur sa décision dans la nuit du mardi au mercredi. Finalement, la justice espagnole donne son feu vert pour un reconfinement d'une durée de 15 jours. Elle demande toutefois aux autorités régionales d'être informé régulièrement de l'évolution de la pandémie.

Auprès de Catalunya Radio, Alba Verges, conseillère de la santé de la région, a de son côté affirmé que la mesure était justifiée d'un point de vue sanitaire et qu'elle était nécessaire. La mobilité devait y autorisée pour des raisons professionnelles (sans distinction entre les services essentiels et non essentiels) ou pour d'autres raisons justifiées, comme les rendez-vous médicaux et l'aide aux personnes fragiles. Cela pour éviter une crise économique.

D'après les journaux locaux, les Pompiers et la Protection civile mettront en place un centre de commandement avancé dans la zone fermée. Pour sa part, Vergés (la conseillère de la Santé pour la région de la Catalogne) avait déjà justifié la mesure, soulignant que la tendance à la contagion l'a forcée à la prendre : en seulement 10 jours, Lérida ('Lleida' en catalan) a triplé les patients hospitalisés pour Covid-19.

Mais la propagation ne s'arrête pas la. Le vendredi 17 juillet 2020, Barcelone ainsi qu'une douzaine de communes aux alentours soit 4 millions d'habitant doivent également connaitre un reconfinement d'une quinzaine de jours. Une mesure qui, depuis ce dimanche 19 juillet 2020, s'applique également aux villes de Figueres, Vilafant et Sant Feliu de Llobregat

"Il est recommandé de ne pas quitter la maison si ce n'est pas indispensable. Les réunions de plus de 10 personnes sont interdites", a fait savoir la municipalité de Figuères, sur son compte Twitter. 

Autre région espagnole touchée par le coronavirus ? La Galice où 70 000 habitants de 14 localités du comté d'A Mariña sont à nouveau reconfinés partiellement. Ces derniers ne peuvent plus sortir de la zone, ni se réunir à plus de 10 personnes. « Actuellement, nous avons 106 cas positifs, ce qui représente une hausse de 21 cas depuis hier », a rapporté le responsable sanitaire régional, Jesus Vazquez, lors d'une conférence de presse. Au même moment, l'OMS appelle les différents pays à "prendre le contrôle" sur la pandémie.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche