Coronavirus : l'interféron bêta, un traitement efficace selon une étude

Par Laurent P. · Publié le 20 juillet 2020 à 15h41 · Mis à jour le 22 juillet 2020 à 18h17
Selon l'entreprise pharmaceutique Synairgen, des essais cliniques sur un traitement à base d'interféron bêta, utilisé d'ordinaire contre la sclérose en plaques, ont donné des résultats "très significatifs" contre le coronavirus. Un traitement qui permettrait de soulager les personnes atteintes de formes graves, en détresse respiratoire.

Les interférons, des molécules efficaces contre le coronavirus... ? Après l'étude menée en Chine sur l'interféron alpha-2b, qui a montré une efficacité certaine dans la réduction de l'inflammation (les fameux chocs cytokiniques) dans les cas de détresse respiratoire, c'est au tour de l'entreprise pharmaceutique Synairgen de dévoiler les résultats de son essai clinique, sur l'interféron bêta, cette fois-ci, une molécule naturellement produite par le corps humain et qui permettrait, selon cette étude, de réduire les risques de développer une forme grave de la maladie.

"Une percée majeure dans le traitement des patients Covid-19 hospitalisés", a par ailleurs commenté l'entreprise britannique de biotechnologies qui publie elle-même les résultats de son essai clinique, ayant obligation de le faire "pour des raisons boursières", comme nous l'expliquent nos confrères de Ouest France. Selon l'étude, menée sur 101 patients en double aveugle dans neuf hôpitaux du pays, l'interféron bêta, d'ordinaire utilisé comme traitement contre la sclérose en plaques, aurait permis la baisse "très significative" de l'essoufflement chez les patients hospitalisés. Toujours selon nos confrères, "le traitement réduirait de 79 % les risques qu’une personne hospitalisée développe une maladie grave, nécessitant une assistance respiratoire". À noter que celui-ci permettrait également de réduire le temps d'hospitalisation de 9 à 6 jours.

Comment ce traitement fonctionne-t-il ? Consistant à inhaler la protéine avec un nébuliseur, celle-ci atterrit directement dans les poumons pour déclencher "une réponse antivirale plus forte, même chez les patients dont le système immunitaire est déjà faible", expliquent Ouest France. Un traitement prometteur, mais qui doit encore être étudié à travers d'autres essais pour confirmer son efficacité. À moins que celui-ci soit directement mis en circulation après avoir été approuvé en urgence, comme c'est le cas pour le remdesivir, premier traitement autorisé à la prescription par l'Union européenne pour lutter contre le coronavirus.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche