Le Coronavirus se transmettrait aussi par voie aérienne, d'après une étude chinoise

Par Manon C. · Publié le 2 septembre 2020 à 11h31 · Mis à jour le 3 septembre 2020 à 17h11
D'après une nouvelle étude chinoise, le Coronavirus ne se transmettrait pas uniquement par projection de gouttelettes contaminées, mais également par voie aérienne, soit l'air inspiré et expiré par une personne porteuse du virus, même asymptomatique.

Aux prémices de la pandémie de Coronavirus, les autorités sanitaires mondiales ont considéré que le virus se transmettait uniquement par des gouttelettes expulsées par la toux et les éternuements des personnes contaminées.

Mais une étude publiée le 1er septembre dans la revue médicale américaine Jama Internal Medicine tend à montrer que le Coronavirus est également transmissible par voie aérienne, soit l'air inspiré et expiré; confortant les récentes déclarations de nombreux experts des virus respiratoires. 

Pour réaliser cette étude, des experts des Centres chinois de Lutte contre les Maladies ont analysé une situation bien précise : celle d'une passagère porteuse du Coronavirus mais asymptomatique qui a contaminé en moins d'une heure le tiers d'un bus mal ventilé dans lequel elle se trouvait. 

Ces experts chinois ont ainsi testé tous les passagers présents dans deux cars qui se rendaient à Ningbo, le 19 janvier dernier. Parmi les données prises en compte par les experts : la durée du trajet (50 minutes), le retour qui était prévu dans les mêmes bus, le non-port du masque par les passagers, et le système de climatisation qui faisait recirculer l'air à l'intérieur de l'habitacle sans le renouveler. 

Lors de ce trajet, 23 passagers sur 68 ont été contaminés dans le bus où se trouvait la personne porteuse du Coronavirus (mais asymptomatique). Aucune infection n'a, en revanche, été relevée dans l'autre bus.

Les experts expliquent que la personne contaminée se trouvait du côté droit dans une rangée au milieu, assise entre deux autres passagers, mais que des voyageurs ont été contaminés aussi bien à l'avant qu'à l'arrière du bus, soit bien en dehors de la zone de contamination uniquement par gouttelettes projetées (qui équivaut généralement à un périmètre d'un mètre ou deux). 

Et les experts de l'étude d'en conclure que le Coronavirus a été transmis par l'air expulsé par la personne contaminée (et non par gouttelettes projetées puisque la personne ne toussait pas, car asymptomatique) et a été propagé à travers le bus à cause du système de climatisation qui ne renouvelait pas l'air : "Cette enquête suggère que, dans des environnements clos où l'air est recirculé, SARS-CoV-2 est un pathogène hautement transmissible." concluent-ils. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche