Covid : bientôt des chiens renifleurs pour détecter le Coronavirus en Île-de-France ?

Par Caroline J. · Publié le 16 février 2021 à 12h22 · Mis à jour le 16 février 2021 à 15h20
Et si les chiens renifleurs étaient la solution pour aider à dépister les personnes positives au Covid-19 ? La région Île-de-France compte lancer une expérimentation ce mercredi 17 février 2021 sur plusieurs sites franciliens. On vous explique.

La France va-t-elle à son tour utiliser la technique des chiens renifleurs pour dépister les personnes positives au Covid-19 ? Déjà en place dans plusieurs pays, comme le Chili, la Belgique, le Liban ou encore les Émirats arabes unis, cette technique du chien renifleur de Coronavirus va être testée très bientôt en Île-de-France. Selon Cnews, une expérimentation sera lancée ce mercredi 17 février sur plusieurs sites franciliens « notamment au sein de la cité des métiers de l'Essonne, de l'université Paris-Est Créteil ou encore au sein des centres de dépistage de l'AP-HP ». A cette occasion, Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, et Farida Adlani, Vice-présidente chargée des Solidarités, de la Santé et de la Famille, se rendront à l’École Nationale Vétérinaire d’Alfort ce mercredi matin. 

Proposée en partenariat avec la région Île-de-France, l'École nationale vétérinaire d'Alfort, l'AP-HP ou encore la Croix Rouge, cette expérience tient à « confirmer scientifiquement » en France « l'efficacité de cette technique de dépistage déjà utilisée dans plusieurs pays » du monde.

Cette vaste expérimentation, qui rassemblera 2000 personnes, sera une première en France. Toutefois, on rappelle que les chiens détecteurs de Covid-19 sont déjà testés dans la région de la Nouvelle-Aquitaine. 


Et les résultats sont concluants. Les cinq chiens qui participent à ce test sont capables de détecter 95% des cas positifs au Covid. "Le chien est capable de repérer la présence du virus non seulement chez quelqu'un de symptomatique, mais également chez un patient infecté asymptomatique", a confié à TF1 le Pr Denis Malvy du CHU de Bordeaux.

En Île-de-France, comment vont se dérouler ces dépistages ? Les volontaires devront se soumettre à trois tests, à savoir un test PCR classique, un test salivaire puis un test compresse. Ensuite, ces tests seront présentés aux chiens renifleurs de Covid-19.

L'odorat canin est 40 fois plus développé que celui de l'Homme, a fait savoir au Figaro le professeur Dominique Grandjean, à la tête de ce projet innovant baptisé Nosaïs-Covid-19. Concrètement, les chiens sont dressés pendant plusieurs semaines afin de détecter l'odeur de Covid-19. Avec une équipe de 4 personnes, Dominique Grandjean, directeur de l'Unité de Médecine de l'Élevage et du Sport à l'École nationale vétérinaire d'Alfort, a commencé à travailler sur cette technique au mois de mai dernier. « La première semaine, les prélèvements de plusieurs personnes positives sont déposés dans un cône pour qu'ils (les chiens, ndlr) s'en imprègnent. La deuxième semaine, des odeurs neutres sont introduites puis, la troisième semaine, on ajoute des odeurs de personnes négatives en plus. Cette phase dure deux semaines. La dernière semaine, on leur fait faire des lignes avec aucun cas positif pour qu'ils puissent apprendre à être récompensés même s'ils ne trouvent rien » a expliqué le professeur dans les colonnes du Figaro. 

Si ces tests s'avèrent concluants, alors ces chiens renifleurs de Covid-19 pourraient être déployés « à l'entrée aux frontières, dans les aéroports ou dans les zones portuaires », selon un enseignant-chercheur de l'École nationale vétérinaire d'Alfort (94) relayé par Cnews.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche