Covid : un masque "filtrant et décontaminant" conçu par une start-up française avec des chercheurs

Par Alexandre G. · Publié le 17 février 2021 à 16h27 · Mis à jour le 17 février 2021 à 18h08
Dès le 22 février 2021, le grand public peut s'offrir le dernier masque développé par BioSerenity en partenariat avec les chercheurs de l'université du CHU de Lille, l'INSERM et le CNRS. Une protection d'un nouveau genre, qui aurait "la capacité de bloquer et tuer les virus" présents dans les aérosols.

Imaginez un masque de protection qui permet à la fois de filtrer l'air, et de décontaminer les virus potentiellement présents dans les aérosols, comme la Covid-19 et ses variants par exemple. Désormais, ce rêve serait devenu réalité : l'entreprise BioSerenity, fabricant de masques pour Santé publique France, annonce ce mardi 16 février 2021 avoir mis au point le premier masque "filtrant et décontaminant" pour lutter contre la propagation du coronavirus

Concrètement, c'est grâce à l'utilisation d'une couche textile "tueuse" de virus que la jeune pousse française serait parvenue à ce résultat, a priori révolutionnaire. En conférence de presse, Marc Fouin, directeur général de la jeune pousse, affirme que cette protection faciale a "la capacité de bloquer et tuer les virus" que l'on retrouve dans les aérosols, ces ensembles de fines particules solides ou liquides suspendues en l'air.

Sur l'aspect technique, on retrouve dans ce masque quatre couches de textiles superposées. L'une d'entre elle aurait la capacité de filtrer tous les virus, par un "principe physique et un principe chimique de blocage" avance l'entreprise. Un procédé rendu possible par l'utilisation de deux molécules, la cyclodextrine et l'ammonium quaternaire, comme le confirme à l'AFP Gaétan Gerber, du pôle recherche et développement de la jeune pousse.

Après plusieurs mois de tests, il s'est avéré que ce masque permettait de réduire de 99,9% les virus dans les aérosols, en moins de cinq minutes. Nicolas Blanchemain, professeur à la faculté de pharmacie de Lille et chercheur à l'INSERM, confirme que ce nouveau masque "fonctionnera sur les variants". 

Pour l'heure, le masque promis par BioSerenity est certifié CE pour sa version FFP2. Il est également disponible à la commande depuis ce mardi 16 février 2021. En revanche, pour sa version "chirurgicale", c'est le 22 février 2021 que le verdict sur sa certification sera rendu, et qu'il sera à son tour disponible à la commande. Un masque "made in France" fabriqué à Troyes dans des usines, et sigles de la marque Cidaltex

Dans sa recherche, BioSerenity a pu compter sur le travail et le soutien des chercheurs de l'université et du CHU de Lille, mais également des experts de l'INSERM et du CNRS, deux centres d'études français.

Informations pratiques

Site officiel
linktr.ee

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche