Couvre-feu : vers un assouplissement après les vacances scolaires ? Ce qu'en pensent les médecins

Par Alexandre G. · Photos par Rizhlaine F. · Publié le 18 février 2021 à 12h09 · Mis à jour le 18 février 2021 à 16h20
Depuis le 14 janvier 2021, le couvre-feu est avancé à 18h sur l'ensemble du territoire métropolitain. Si les courbes de l'épidémie du Covid-19 en France continuent de stagner, voir même de baisser comme ces derniers jours, le gouvernement pourrait décider un assouplissement des mesures restrictives d'ici la fin des vacances scolaires d'hiver, soit début mars 2021, selon l'épidémiologiste Martin Blachier. La menace des variants reste très préoccupante.

Un assouplissement du couvre-feu d'ici la fin des vacances scolaires de février ? C'est en tout cas ce que laisse entendre Martin Blachier, médecin épidémiologiste, sur le plateau de LCI ce mercredi 17 février 2021. Quelques heures après la tenue d'un Conseil de défense sanitaire à l'Élysée, le médecin affirme que les mesures de couvre-feu "seront assouplies si à la fin des vacances il y a une dynamique à la baisse qui continue". 

Seulement, les variants apparus aux quatre coins du globe ces derniers mois rappellent que la menace du coronavirus reste toujours aussi présente. Pour l'épidémiologiste, si les courbes de l'épidémie continuent de lentement descendre, comme c'est le cas ces derniers jours, "il y aura des mesures d'assouplissement" juste après les vacances scolaires d'hiver, précisément "puisque la théorie d'emballement par les variants sera définitivement morte", conclut-il. 

Forcément, Martin Blachier a tout de même fait part de ses inquiétudes concernant les nouvelles souches du Covid-19. Un phénomène de "danse des variants" qui reste selon lui "très, très difficile à comprendre". Le médecin pointe surtout du doigt le fait que l'on "arrive pas à comprendre exactement pourquoi un variant domine l'autre". Aussi, l'épidémiologiste résume la position des médecins et des experts proches du gouvernement, qui peuvent tendre vers un assouplissement du couvre-feu. "On est dans une incertitude totale, en plein statu quo. On se donne les vacances, si à la fin la dynamique continue de baisser, on se dira qu'il n'y aura pas d'explosion de nouveaux cas, évidemment on ne reconfinera pas et on rouvrira", affirme-t-il. 

Stratégie "zéro Covid" ou assouplissement du couvre-feu ? 

Seul cas contraire où le gouvernement serait en mesure de renforcer le couvre-feu et de resserrer la vis des mesures restrictives ? Si la hausse des courbes de contaminations, du taux d'incidence et du nombre de cas positifs hospitalisés ou en service de réanimation se confirme. Si les chiffres de l'épidémie continuent d'aller dans le sens de l'apaisement, Martin Blachier estime que ce sont d'abord les lieux où "il y a le moins de risques" qui vont rouvrir en premier. À savoir les musées et les bibliothèques par exemple. Dans un second temps, les salles de spectacles, de sport, les restaurants et cafés seront autorisés à rouvrir.  

Pourtant, d'autres médecins comme le professeur Gilbert Deray, interrogé sur RMC, préfèrent une autre stratégie, nettement plus radicale. Pour atteindre le "Zéro Covid", comme l'Allemagne le préconise aujourd'hui, certains collègues espèrent que le gouvernement prendra les bonnes mesures, à savoir "fermer complètement le pays, 4 à 8 semaines" dans le but d'endiguer complètement la propagation du virus. Une position qui est loin de faire l'unanimité chez ses confrères. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche