Covid : l'immunité collective au 14 juillet ? "Un objectif atteignable", selon un médecin

Par Alexandre G. · Publié le 23 mars 2021 à 12h17 · Mis à jour le 23 mars 2021 à 15h51
Alors que les marqueurs de l'épidémie du Covid-19 s'affolent en Île-de-France et que les soignants s'inquiètent d'une quasi-saturation, l'horizon d'une immunité collective d'ici à la mi-juillet reste crédible aux yeux de certains médecins. Pour le professeur Annane, du service de réanimation de l'hôpital Raymond Poincaré, cet objectif reste "atteignable", à condition de vacciner partout où cela est possible.

"L'immunité collective au 14 juillet est un objectif atteignable". Tel est le message d'espoir porté par le professeur Djillali Annane. Invité sur le plateau de France 2 ce mardi 23 mars 2021, le chef du service réanimation de l'hôpital Raymond Poincaré à Garches, dans les Hauts-de-Seine, estime qu'il faudrait "vacciner dans les entreprises, les lycées, les universités" pour y arriver. 

En ce sens, l'avis du médecin rejoint celui de Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, pour qui l’immunité collective pourrait être atteinte en Europe d’ici le 14 juillet, comme il l'a indiqué lundi 21 mars sur TF1. Au sujet des livraisons de vaccins en Europe, ce dernier a précisé que "aujourd’hui, nous avons clairement entre nos mains la capacité de livrer 300 à 350 millions de doses d’ici la fin du mois de juin et donc d’ici le 14 juillet […] nous avons la possibilité d’atteindre une immunité au niveau du continent". 

`Sauf qu'entre temps, comme le souligne le professeur Annane, "il y a une aggravation de la tension" dans les hôpitaux depuis quinze jours. Pour illustrer la gravité de la situation dans ses services, le médecin explique que "la situation reste très tendue, le service est complet, il est essentiellement rempli de patients atteints de la forme grave du Covid-19 et les sollicitation quotidiennes pour admettre de nouveaux patients sont de plus en plus nombreuses". Sans oublier de donner des notes d'espoir. "On va tenir, aussi difficile que cela soit, mais ce qui compte c’est comment on s’en sortira. Il faut qu’on ait le moins de séquelles possibles", témoigne le médecin. Et pour cela, la vaccination reste la meilleure solution. 

Paris : 15 000 doses de vaccin supplémentaires en mars, annonce le préfet de police LallementParis : 15 000 doses de vaccin supplémentaires en mars, annonce le préfet de police LallementParis : 15 000 doses de vaccin supplémentaires en mars, annonce le préfet de police LallementParis : 15 000 doses de vaccin supplémentaires en mars, annonce le préfet de police Lallement Covid : vers une immunité collective atteinte en Europe autour de la mi-juillet ?
Alors que la campagne de vaccination se poursuit dans de nombreux pays du Vieux Continent, l'immunité collective en Europe pourrait être atteinte autour du 14 juillet, selon le commissaire européen au marché intérieur.

Covid en Île-de-France : "l'épidémie s'emballe", les soignants inquiets face à la troisième vague Covid en Île-de-France : "l'épidémie s'emballe", les soignants inquiets face à la troisième vague Covid en Île-de-France : "l'épidémie s'emballe", les soignants inquiets face à la troisième vague Covid en Île-de-France : "l'épidémie s'emballe", les soignants inquiets face à la troisième vague Covid en Île-de-France : ”l'épidémie s'emballe”, les soignants inquiets face à la troisième vague
Depuis plusieurs semaines, les médecins et professionnels de santé alertent sur l'arrivée imminente d'une troisième vague de l'épidémie du Covid-19, plus particulièrement en Île-de-France, région la plus touchée. Alors que la population respecte un nouveau confinement, les services hospitaliers saturent et le taux d'incidence continue de grimper sans cesse. Les soignants estiment qu'on est pas loin du ”point de rupture”.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche