Covid : le variant brésilien est-il très présent en France ?

Par Cécile D. · Publié le 14 avril 2021 à 10h10 · Mis à jour le 14 avril 2021 à 14h32
Le Brésil et ses variants inquiètent toute la communauté internationale : cette forme du virus est particulièrement contagieuse et dangereuse. S'il ne circule pour le moment pas beaucoup en France, il reste très redouté.

Le Brésil a perdu le contrôle de l'épidémie : avec 92 variants, des milliers de morts et des mesures de lutte contre la Covid-19 très inefficaces, le pays est dans la tourmente. À tel point que la France a décidé, le 13 avril 2021, de suspendre tous les vols avec le Brésil jusqu'à nouvel ordre. 

Le P1, ou variant brésilien, est très contagieux (entre 40 % et 120 % plus contagieux que la souche initiale du coronavirus) et surtout très mortel. Selon le professeur Rémi Salomon, interrogé par L'Obs« il y a toutes les raisons d’être inquiet, s’il vient et prend de l’ampleur en Europe, il peut faire une quatrième vague qui peut être très meurtrière. »

Alors que la France s'approche dangereusement des 100 000 morts, le gouvernement tente autant que possible de ralentir l'épidémie, et ces variants pourraient lui coûter tous ses efforts.

Les chiffres liés au variant brésilien en France ne sont cependant pas alarmants : selon Santé Publique France, au 16 mars 2021, le P1 ne représentait que 0,5% des cas. Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, estime qu'il y a peu de chance que ce variant devienne majoritaire en France.

Ironiquement, c'est parce qu'un autre variant a réussi à s'imposer en France que la souche brésilienne est moins développée en métropole : « À l’image de la compétition bactérienne, il y a une compétition entre les variants. Le variant britannique a un temps d’avance et semble nous protéger face aux autres variants », explique Benjamin Davido à 20 MinutesNéanmoins, la prudence est de mise, surtout pour la Guyane, qui est limitrophe au Brésil. 

Ce qui inquiète les autorités de santé et le gouvernement, c'est la capacité du variant P1 à circuler rapidement dans la population, et sa potentielle résistance aux vaccins. « On manque d’étude scientifique pour savoir si les trois vaccins autorisés en France sont efficaces contre ce variant brésilien. C’est d’ailleurs le seul variant, pour le moment, pour lequel on n’a aucune réponse. S’il se diffuse rapidement en France, s’il est aussi meurtrier qu’au Brésil, s’il crée des réinfections chez les 20 % de Français qui sont déjà tombés malades, ce sera un scénario catastrophe », dévoile l'infectiologue de l'hôpital Raymond-Poincaré.

Les autorités de santé surveillent également étroitement les variants P2 et N9, tous deux repérés au Brésil. S'ils ne semblent pas encore avoir traversé la frontière française, ils sont suffisamment dangereux pour faire l'objet d'une surveillance rapprochée.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche