Covid : la France suspend ses vols avec le Brésil jusqu'à nouvel ordre

Par Laurent P. · Publié le 13 avril 2021 à 16h40 · Mis à jour le 13 avril 2021 à 18h03
Alors que le variant brésilien de la Covid inquiète les médecins en France, et que les frontières, bien que techniquement fermées, n'empêchent pas le passage des voyageurs potentiellement contaminés, Jean Castex a annoncé ce mardi 13 avril lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée que les vols entre les deux pays seraient suspendus jusqu'à nouvel ordre.

Une décision un peu tardive... Alors que l'inquiétude grimpe en flèche concernant le variant brésilien de la Covid, faisant des ravages dans le pays d'Amérique du Sud et forçant certains pays européens comme le Portugal ou le Royaume-Uni à suspendre les vols vers et en partance de la destination, en France, on prend son temps sans vraiment s'inquiéter. 

Les autorités sanitaires de l'hexagone ont ainsi été contraintes de monter au créneau ce mardi 13 avril, demandant au gouvernement de prendre des mesures concernant les déplacements de personnes entre les deux pays. Les frontières sont pourtant fermées, mais elles n'empêchent pas les personnes de voyager malgré les mesures en place (renforcement des contrôles dans les aéroports, test PCR demandé, ainsi qu'un antigénique à l'atterrissage), avec encore trois vols par jours en partance et à destination du Brésil.

Une situation ubuesque qu'ont dénoncée les députés ce même mardi à l'Assemblée nationale, interpellant Jean Castex sur la question à l'occasion d'une séance de questions au gouvernement. Ainsi donc, le Premier ministre a rappelé qu'"à ce jour, toute personne souhaitant se rendre en France depuis le Brésil ne peut le faire qu'à des motifs impérieux", tout en précisant que "toute personne doit présenter un test négatif à l'embarquement, un test négatif et une période d'isolement de 10 jours". Et d'annoncer que les vols entre les deux pays étaient finalement suspendus : "nous décidons de suspendre jusqu'à nouvel ordre tous les vols entre le Brésil et la France".

Pour rappel, la semaine dernière, cette souche du virus, extrêmement virulente, faisait encore plus de 4000 morts par jours, avec un total de 330 000 décès rien que pour le mois de mars. En France, bien que ce variant ne soit pas très présent - représentant moins de 1% des contaminations dans l'hexagone - celui-ci serait plus résistant aux différents vaccins et pourrait rendre caduque la campagne de vaccination actuellement en cours.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche