Covid : les 92 variants en activité au Brésil inquiètent le reste du monde

Par Cécile D., Laurent P. · Publié le 11 avril 2021 à 18h22 · Mis à jour le 11 avril 2021 à 18h22
Le Brésil plus touché que jamais par la Covid-19... Le pays compte désormais plus de 90 variants en activité sur son territoire. Une situation sanitaire qui inquiète de nombreux pays dont la France, qui possède une frontière commune avec le Brésil.

La Covid-19 plus meurtrière que jamais au Brésil... Selon le bilan officiel du ministère de la Santé, le pays d'Amérique du Sud a enregistré mardi 6 avril 4 195 décès liés au virus en 24h, soit le plus grand nombre de morts sur ce laps de temps depuis le début de l'épidémie au Brésil. Le pays est également le deuxième plus endeuillé au monde, après les États-Unis, avec 336 947 morts au total, et le deuxième également concernant le nombre de contaminations, avec un total de 13 100 580 cas depuis le début de la pandémie, dont 86 979 ces dernières 24h.

Et à nos confrères de France Info de préciser que "plus de 15 000 décès ont été recensés en ce mois d'avril au Brésil, avec 2 757 morts par jour en moyenne". Des chiffres alarmants, faisant redouter le pire aux autorités sanitaires dans le pays... Et pour cause : les hôpitaux sont saturés dans une majorité des régions. Comme le rapportent nos confrères de l'AFP, à Sao Paulo, les bus scolaires ont été réquisitionnés pour transporter les cadavres tandis que dans les cimetières, on enterre désormais de nuit, aux vues de l'afflux continu de morts.

Le pays recense 92 variants en activité, un chiffre effrayant qui fait croire aux observateurs internationaux que la situation sanitaire est totalement hors de contrôle au Brésil.  L'Institut de santé publique Fiocruz a précisé, mardi 6 avril, que : « L'épidémie pourrait rester à des niveaux critiques tout au long du mois d'avril, prolongeant la crise sanitaire et l'effondrement des services et des systèmes de santé. »

Deux jours plus tard sur RFI, l'ancien coordinateur régional de l'équipe de lutte contre la maladie, Miguel Nicolelis craignaient que le Brésil ne devienne un « laboratoire de variants à ciel ouvert qui peuvent compromettre la lutte contre la pandémie dans le monde entier. »

Étienne Decroly, virologue au CNRS, explique à L'Express que « plus les virus circulent, plus ils ont la possibilité d'évoluer, de générer des nouveaux variants mieux adaptés aux populations. Et ce, même dans le contexte d'une immunité qui s'installe, naturelle ou par la vaccination. » Ainsi, puisque la gestion de la situation sanitaire au Brésil est très insuffisante, le virus a eu la place de se développer et d'évoluer en centaines de formes différentes.

Une situation qui n'est pas prête de s'arranger... Et pour cause : le président Jair Bolsonaro, pourtant critiqué pour sa gestion de la crise, continue de remettre en cause les mesures restrictives imposées par les maires et gouverneurs. Des mesures qui ne sont pas suffisantes, voire contradictoires dans la lutte contre la pandémie.

Le reste du monde regarde cette situation avec quelques questions en tête : le variant brésilien, aussi appelé P1, est déjà considéré comme un variant dangereux et préoccupant. Les nouvelles formes du Covid-19 qui se forment au Brésil sont-elles plus infectieuses, plus mortelles, plus résistantes aux vaccins ? Impossible à dire pour le moment.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche