Covid : le variant indien plus contagieux et résistant aux anticorps selon l'OMS

Par Laurent P. · Publié le 9 mai 2021 à 19h04 · Mis à jour le 10 mai 2021 à 13h11
Selon l'OMS, le variant indien de la Covid serait plus contagieux et serait plus résistant aux anticorps, rendant les vaccins moins efficaces. Des observations rendues publiques samedi 8 mai, invitant les pays à la plus grande prudence à la détection de ces cas.

Une nouvelle souche de la Covid qui met les experts en état d'alerte... L'OMS, via sa scientifique en chef, Soumya Swaminathan, a mis en garde samedi 8 mai les États au sujet du variant dit "indien", B.1.617, indiquant que cette souche du virus "présente des mutations qui augmentent les transmissions, et qui peuvent aussi potentiellement le rendre résistant aux anticorps qui se sont développés grâce à la vaccination ou à une contamination naturelle".

Un variant que l'OMS pourrait classer parmi les souches les plus dangereuses du virus, en raison, comme nous l'expliquent nos confrères de Ouest France, "de sa plus grande contagiosité", mais également en raison de sa capacité "à surmonter les défenses que procure la vaccination et le taux de mortalité des patients atteints", selon la scientifique. Et de préciser que la vaccination seule ne suffira pas en Inde, "car l’épidémie concerne des milliers de personnes et il se multiplie à une vitesse qu’il est très difficile d’enrayer". "Cela va prendre des mois, si ce n’est des années, pour atteindre un taux de 70 à 80 %" de population immunisée en Inde, poursuit Soumya Swaminathan.

Une explosion des cas de contaminations dans le pays qui ne peut pas uniquement être imputée au variant indien, celui-ci semblant avoir, selon la scientifique en chef de l'OMS, "baissé la garde trop tôt", autorisant bien avant de contrôler l'épidémie sur son territoire les "grands rassemblements de masse". Elle continue : "Ces premiers signes ont été manqués jusqu’à ce les transmissions aient atteint un point où le décollage a été vertical".

Pour contrôler l'épidémie, une seule solution : instaurer des mesures sanitaires déjà éprouvées, comme le confinement ou le couvre-feu, ce que se refuse de faire l'Inde pour le moment. "Plus le virus se réplique, se diffuse et se transmet, plus le risque de mutations et d’adaptation" augmente, alerte également Soumya Swaminathan. Et de poursuivre : "Les variants qui accumulent un grand nombre de mutations peuvent finalement devenir résistants aux vaccins dont nous disposons actuellement". Elle conclut : "Ce sera un problème pour le monde entier".

Pour rappel, samedi 8 mai, l'Inde comptait plus de 4000 morts de la Covid en 24h, ainsi que plus de 400 000 nouvelles contaminations.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche