Jean Castex sur France 2 : "l'objectif est de ne perdre aucune dose"

Par Cécile D. · Publié le 11 mai 2021 à 20h44 · Mis à jour le 11 mai 2021 à 20h44
Le Premier ministre était l'invité d'Anne-Sophie Lapix au journal télévisé de France 2, ce mardi 11 mai à 20 heures. Lors de son intervention, Jean Castex a insisté sur la nécessité de se faire vacciner, quel que soit le produit proposé.

Jean Castex était en direct mardi 11 mai au soir sur le plateau de France 2 pour répondre aux questions d'Anne-Sophie Lapix. Après s'être exprimé sur les peines réservées aux délits contre les policiers et sur le déconfinement imminent, le Premier ministre s'est engagé sur le sujet de la vaccination contre la Covid-19.

Le chef du gouvernement admet que la campagne de vaccination a pris du retard : il sera difficile d'arriver au 20 millions de vaccinés à la mi-mai, bien que nous n'en soyons pas loin. Au 11 mai, on compte 18 505 785 de personnes qui ont reçu au moins une dose de vaccin.

Jean Castex blâme la mauvaise réputation de l'AstraZeneca pour ce retard : les patients de plus de 55 ans continuent de refuser ce vaccin, malgré les encouragements du Premier ministre, qui rappelle qu'il est lui-même vacciné avec ce produit.

Il reste en France plus de deux millions de doses d'AstraZeneca, que le gouvernement n'entend pas jeter : « l'objectif est de ne perdre aucune dose », affirme le ministre. Dans cette optique, il annonce que les Français peuvent se faire vacciner sur leur lieu de vacances, pour que l'été ne vienne pas freiner la campagne de vaccination.

En prévision du long week-end de l'Ascension, Jean Castex ajoute que les Français peuvent dès à présent s'organiser pour se faire vacciner sur leur lieu de villégiature, si ils partent loin de chez eux cette fin de semaine : les centres de vaccination vont rester ouverts ce week-end. Quelques jours auparavant, Olivier Véran rappelait aux Français la nécessité de se faire dépister avant de partir profiter du pont de l'Ascension.

Enfin, le Premier ministre a assuré que, si cela est nécessaire, les centres de vaccination multiplieront les créneaux ouverts au public non prioritaire. Ces créneaux, ouverts à partir du 12 mai, permettent actuellement de vacciner 20 000 personnes de moins de 50 ans, sans comorbidité, par jour. Un chiffre qui semble dérisoire face aux millions de Français qui entrent dans cette catégorie.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche