Covid : les tests de dépistage bientôt payants ?

Par Cécile D. · Publié le 29 juin 2021 à 11h05 · Mis à jour le 29 juin 2021 à 11h05
Pour pousser les Français à se faire vacciner, l'Académie de médecine recommande de « suspendre le remboursement des tests (...) pratiqués pour convenances personnelles (obtention d'un pass sanitaire, voyages internationaux, participation à des événements collectifs) chez les personnes non vaccinées ». Une option que le gouvernement étudiera à l'automne 2021, selon Gabriel Attal.

La France compte plus de 33 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, dont 21 millions ayant reçu toutes les doses nécessaires pour leur protection face au Covid-19. Pour atteindre l'immunité collective, le gouvernement espère pouvoir vacciner encore plusieurs millions de personnes : on approche des 50% de Français vaccinés, il faut monter jusqu'à 80% pour assurer une protection suffisante pour les personnes les plus fragiles de la société.

L'exécutif se heurte cependant à une barrière : sceptiques et anti-vaccins ne se laissent pas convaincre aussi facilement. La courbe de progression de la vaccination en France va bientôt stagner, faute de volontaires.

Pour pousser les citoyens à se faire vacciner, l'Académie nationale de médecine a publié sa recommandation, le 23 juin dernier. Selon la société savante, il faut, au cours de l'été, « suspendre le remboursement des tests RT-PCR et des tests antigéniques pratiqués pour convenances personnelles (obtention d’un pass sanitaire, voyages internationaux, participation à des événements collectifs) chez les personnes non vaccinées. »

L'Académie souhaite maintenir les tests de dépistages réalisés à des fins de diagnostic gratuits, mais elle veut rendre payants les tests utilisés pour accéder aux événements ou activités nécessitant la présentation d'un pass sanitaire.

L'organisme entend différencier les tests nécessaires des tests "de confort" : seront remboursés les tests effectués pour « confirmation d’un cas suspect de Covid-19 » et ceux réalisés dans le cadre d'« enquêtes de traçage en aval et en amont des cas confirmés. »

Le gouvernement ne semble pas fermé à cette idée : invité sur le plateau de France Info lundi 28 juin, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a dit qu'il ne faisait « pas ici d'annonce mais la question [de l'arrêt du remboursement] pourra se poser autour de la rentrée. »

« On voit aujourd'hui que pour faire un certain nombre de choses, il faut être soit totalement vacciné, avec un schéma vaccinal complet, soit il faut avoir réalisé un test. Vous avez des personnes qui ont fait leur première dose il y a quelques semaines, ne serait-ce que parce qu'elles n'avaient pas le droit de le faire avant donc elles ne peuvent pas être totalement vaccinées aujourd'hui », rappelle le porte-parole. Il n'est donc pas possible de rendre ces tests payants dès aujourd'hui, car cela « obliger à payer [des personnes] qui n'y sont pour rien, qui attendent le délai pour avoir leur deuxième dose », explique Gabriel Attal.

Le gouvernement veut donc attendre l'automne pour prendre une décision à ce sujet. Le mois de septembre pourrait donc apporter de nombreux changements dans la lutte contre le Covid-19 : Olivier Véran envisage également de rendre la vaccination obligatoire pour les soignants si le nombre de professionnels vaccinés n'augmente pas suffisamment pendant l'été.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche