Covid: Les tests antigéniques moins sensibles à Omicron, selon les autorités sanitaires américaines

Par Manon C. · Publié le 29 décembre 2021 à 15h57
Alors que le variant Omicron est devenu prédominant dans de nombreux pays du monde, les tests de dépistage antigéniques et PCR sont-ils à même de détecter ce nouveau variant ? D'après les autorités sanitaires américaines, les tests antigéniques seraient moins sensibles à Omicron.

Alors que la propagation fulgurante du variant Omicron inquiète non seulement l'Organisation Mondiale de la Santé, mais également les laboratoires pharmaceutiques, et que la cinquième vague de Covid fait rage en France, avec un taux d'incidence qui ne cesse de grimper, et de nombreuses nouvelles contaminations quotidiennes, la question se pose : les tests de dépistage sont-ils efficaces pour dépister le nouveau variant Omicron

Ce mardi 28 décembre 2021, l'Agence Américaine des Médicaments (FDA) a déclaré que les tests antigéniques indiquaient plus souvent un résultat négatif malgré une infection avec le variant Omicron. En d'autres termes, ces "faux négatifs" sont dus au fait que ces tests sont moins sensibles à Omicron qu'aux variants précédents. 

"Des données préliminaires suggèrent que les tests antigéniques détectent bien le variant Omicron, mais avec une sensibilité réduite. Si une personne est testée négative avec un test antigénique, mais est suspectée d’avoir le Covid-19, par exemple en ayant des symptômes ou une haute probabilité d’infection à cause d’une exposition, un suivi avec un test moléculaire (ou PCR) est important." ont ainsi déclaré les autorités sanitaires américaines. 

Pour rappel, le 28 novembre dernier, l'Organisation Mondiale de la Santé annonçait déjà que "l’usage des tests PCR continue de détecter les infections, y compris celles dues au variant Omicron." En revanche, concernant les tests antigéniques, l'OMS se montrait prudente, déclarant : "Des études sont en cours pour déterminer si le variant a un impact quelconque sur les autres formes de tests, y compris les tests antigéniques. A l’heure actuelle, nous nous coordonnons avec de nombreux chercheurs du monde entier pour mieux comprendre Omicron. Les études en cours portent sur l’évaluation de la transmissibilité, la sévérité des cas, l’efficacité des vaccins et des tests de diagnostics, ainsi que l’efficacité des traitements." 

Une information confirmée par la Direction Générale de la Santé qui indiquait dans une note publiée le 27 novembre à l'attention des professionnels de santé : "A ce stade, le variant B.1.1.529 (Omicron, NDLR) peut être confirmé uniquement par séquençage." Un avis partagé par le ministère de la Santé qui recommandait d'orienter "toute personne ayant séjourné dans les pays à risque vis-à-vis du variant B1.1.529 dans les 14 derniers jours ou ayant eu un contact à risque avec une personne y ayant séjourné vers la réalisation d’un test RT-PCR (y compris si elle se présente pour la réalisation d’un test antigénique)." 

Contrairement aux tests PCR nasopharyngés qui sont à même de détecter la nature du variant à l'origine de l'infection dès le test du patient, les tests antigéniques (qui sont des prélèvements nasaux moins profonds) doivent faire l'objet d'un test dit "de criblage" en cas de test positif afin de déterminer la nature du virus.

Aussi, les tests PCR semblent être, pour l'instant, à privilégier face aux tests antigéniques et aux autotests.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche