Covid : le molnupiravir, un traitement efficace, mais moins que prévu selon la FDA

Par Laurent P.
La Food & Drug Administration a annoncé avoir estimé que le molnupiravir, traitement anti-Covid des laboratoires américains Merck et Ridgeback Bio, était efficace contre le risque d'hospitalisation, mais moins que prévu, à seulement 30% contre les formes graves de la maladie.

Une efficacité en demi-teinte... Voilà la conclusion à laquelle est parvenu la FDA, la Food & Drug Administration quant au molnupiravir, le traitement contre le Covid développé par le laboratoire américain Merck et la biotech Ridgeback Bio, dans un rapport préliminaire rendu public vendredi 26 novembre. Un rapport qui arrive en amont d'une réunion du comité d'experts du régulateur américain, prévue ce 30 novembre 2021, et durant laquelle la FDA doit valider ou non l'autorisation de mise sur le marché de cette pilule.

Dans le détail, le rapport stipule que ce traitement serait efficace, mais bien moins que prévu, à 30% contre les hospitalisations et décès chez les patients à risque ayant pris le comprimé après avoir été contaminés. Une pilule qui n'en reste pas moins efficace selon la FDA, puisque les résultats indiquent "l’efficacité et l’évaluation globalement favorable du rapport bénéfice/risque du molnupiravir".

En revanche, le régulateur estime que les femmes enceintes devraient être exclues du processus de traitement, puisqu'il "n’existe aucun scénario clinique où les bénéfices l’emportent sur les risques" dans leur cas, peut-on lire dans le rapport publié vendredi. À noter qu'aucune femme enceinte n'avait été incluse à l'origine dans l'essai clinique, la FDA se basant sur les résultats de l'étude menée sur les rats et lapins en gestation, ayant conduit à des malformations pour les nouveau-nés.

Selon les résultats complets analysés par le régulateur américain, le taux d'hospitalisation chez les patients ayant reçu le traitement s'élève à 6,8%, contre 9,7% pour les personnes ayant reçu un placebo. Seul un décès a été constaté dans le groupe test ayant reçu le traitement, contre 9 pour le placebo. Un bénéfice, donc, même si l'efficacité n'est pas plus importante... Et une bonne nouvelle, tout de même, pour lutter contre la maladie et le variant Omicron qui se répand comme une traîner de poudre dans le monde, au point d'en inquiéter les experts.

 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche