Le Parc Astérix ferme définitivement son delphinarium

Par Caroline J. · Photos par · Publié le 25 janvier 2021 à 09h42 · Mis à jour le 25 janvier 2021 à 13h33
Une page se tourne au Parc Astérix. Dans les colonnes du Parisien, le directeur du célèbre parc d’attractions situé dans l’Oise annonce la fermeture définitive de son delphinarium. Une annonce qui sonne comme une victoire pour de nombreuses associations de protection animale.

Alors qu’un débat sur la maltraitance animale doit se tenir ce mardi 26 janvier à l’Assemblée nationale, Le Parisien révèle que le delphinarium du parc Astérix ferme définitivement ses portes. Célèbre attraction du parc, depuis son ouverture en 1989, le delphinarium n’accueillera donc pas de spectateurs le 3 avril prochain, date annoncée pour la réouverture du parc Astérix.

« En fait, nous y réfléchissons depuis plusieurs années. Je dirais même que la décision est prise depuis trois ans. Mais cela demande du temps de trouver la bonne solution pour le bien-être des animaux, surtout pour les dauphins » explique Nicolas Kremer, le directeur du parc, à nos confrères du Parisien. Une solution de placement a donc été trouvée pour les 8 dauphins et 5 otaries du delphinarium. Laquelle ? Les cétacés « vont rejoindre d'autres delphinariums en Europe » indique le directeur.

Selon lui, « c'est la solution, élaborée avec l'Association Européenne des Mammifères Aquatiques, qui est apparue la meilleure pour leur assurer de bonnes conditions de vie » ajoutant que « la réintroduction en milieu naturel est impossible pour ces animaux élevés en captivité ». Et quid des sanctuaires marins ? Ils « sont seulement à l'état de projets » indique-t-il au quotidien.

Si les associations et ONG de protection animale se réjouissent de cette annonce, elles déplorent la solution finalisée. « Allez hop, le Parc Astérix se débarrasse de ses individus captifs. Pour un sanctuaire? Pensez-vous, le parc les transfère vers d'autres prisons bétonnées, ce serait dommage de mettre fin à leur exploitation et de leur offrir une retraite » dénonce ainsi One Voice.

 

On rappelle que la ministre de l'Ecologie Barbara Pompili avait annoncé le 29 septembre dernier une série de mesures sur le "bien-être de la faune sauvage captive". Parmi ces mesures ? La fin de la reproduction et la détention d'orques et de dauphins. 

"Des études récentes montrent combien ces mammifères ont conscience de leur captivité, avait expliqué Barbara Pompili dans son discours. Ces études montrent à quel point leur comportement naturel, rien que nager par exemple, est impossible à reproduire dans un delphinarium malgré tous les efforts que nous pourrions imaginer. […] Ces espèces de cétacés à l’intelligence si vive sont si particulières dans leur comportement, leur compréhension de ce qui les entoure, les liens sociaux qui les unissent, que je crois profondément que leur place n’est pas dans un delphinarium." avait-elle ajouté.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche