This page is not available in your language, please, choose yours

Le coup de coeur de Sortiraparis #12 par Ulysse Gosset

Publié le 19 juin 2015 Par Elodie D.
Dirty Corner d'Anish Kapoor au Château de Versailles

Chaque semaine, Sortiraparis vous dévoile son coup de cœur. Un événement culturel exceptionnel à ne pas manquer présenté par Ulysse Gosset, grand prix de la presse internationale et éditorialiste sur BFMTV. Cette semaine, coup de cœur pour l’expo d’Anish Kapoor au Château de Versailles !

Le Chaos à Versailles ! Moderne ou ringard? Scandaleux ou dérisoire ? Vive Versailles ? Ou bien, à bas les énarques prétentieux qui dirigent la culture? La polémique fait rage autour d'Anish Kapoor et de ses sculptures géantes qui envahissent les jardins du Château. 

Alors il faut refaire le voyage vers la Cité royale pour assister à la Révolution de l'été, celle qui secoue le magnifique Tapis vert, les somptueuses pelouses de Le Nôtre. C'est là que le plasticien britannique d'origine indienne a installé ses œuvres et surtout celle qui provoque la fureur: "Dirty Corner", ou "le Vagin de la reine"... Une énorme corne d'acier rouillé de plusieurs milliers de tonnes posée sur l'herbe rouge arrachée. "J'y vois une reine égyptienne, une Cléopâtre  qui s'exhibe dans la puissance de sa sexualité", lance Anish Kapoor. Le vagin de la Reine.... 

A tous ceux qui en doutent, l'artiste mondialement reconnu Anish Kapoor le proclame fièrement : son œuvre est une "provocation" et la présidente de Versailles, Catherine Pégard, a fait preuve avec lui de "courage et de générosité"... Le sculpteur monumental explique à toute la presse: "Poser des objets de-ci de-là ne sert à rien. J'ai eu l'idée de bouleverser l'équilibre et d'inviter le chaos!" Oui, ce plasticien freudien a réussi à créer la plus belle polémique de l'art contemporain depuis le fameux "Christmas Tree", le plug anal de la Place Vendôme. L'homme est pourtant d'une politesse exquise.

Il convoque les "forces archaïques" pour mieux affronter Le Nôtre et sa géométrie parfaite. "On a l'impression que le jardinier royal a éliminé les aspects de la vie qui ne sont pas acceptables: l'image du désordre, du déclin, de la sexualité…", affirme le sculpteur. Certes le Vagin de la Reine n'est pas "l'Origine du monde" de Courbet, comme le constate, furieux, l'Académicien Jean Clair. Mais la provocation est réussie: Kapoor force la réflexion. Comme avec ce bassin dont les eaux bouillonnantes fascinent le public. Un Vortex ou un Maelström au mouvement perpétuel qui nous aspire vers l'inconnu.

Après Jeff Koon et Murakami, voila donc à nouveau ce vénérable Château de Versailles, emblème de puissance, de pouvoir et de gloire, objet de toutes les controverses...Mais ce n'est pas tout!  Il y a encore à voir, salle du Jeu de Paume, là d'où est partie la Révolution. Face au tableau de David, Kapoor pose un canon qui tire des boules de cire rouge, comme une éjaculation, dit-il à l'Express, évoquant des corps en bouillie... Une œuvre sombre pour traduire la violence de notre société. Le désordre et l'émotion pour déranger le pouvoir absolu. Le maire de Versailles a raison de s'inquiéter. Mais dans 3 mois, Le Nôtre retrouvera ses jardins parfaits. Le Roi l'emportera pour l'éternité. Vive Versailles ! 

Ulysse Gosset
leparispostaparis@gmail.com

Infos pratiques :
Site internet : Anish Kapoor à Versailles
Du 9 juin au 1er novembre 2015
Lieu : Château de Versailles
Horaires : 8h-20h30 tous les jours
Tarifs : gratuit sauf jours des Grandes Eaux

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement