Au diapason du Monde, la nouvelle expo de la Fondation Louis Vuitton

Coup de coeur assuré ! Au diapason du Monde, prochaine expo à la Fondation Louis Vuitton se penche sur un thème d'actualité : la place de l’Homme dans l’univers. Pour y répondre, 200 oeuvres sorties des collections de la Fondation d'art de LVMH dans un très beau parcours. A voir du 11 avril au 27 août 2018.

Après avoir accueilli le MoMala Fondation Louis Vuitton met en perspective 25 artistes contemporains avec les plus grands artistes du XXe siècle, pour mettre en avant le rôle de démiurge des artistes à travers le temps et l'espace. Giacometti, Piccaso, Matisse, Klein se retrouvent face à Cyprien Gaillard, Wilhelm Sasnal et Adrián Vilar Rojas, un pur bonheur !

Cet accrochage, « Au diapason du monde » mettra nos sens en émoi du 11 avril au 27 août 2018 avec des oeuvres majeures jamais exposées en ce lieu. Ces oeuvres, en un sens, ont toutes été pensées comme des alertes pour les Hommes, en soulignant les interconnexions entre l’humain, l’animal, le végétal voire le minéral.  

Pour cette belle exposition, la Fondation Louis Vuitton a construit un cheminement en 3 étapes, L'Homme qui chavire, là infiniment et Irradiances...

Dans la section L'Homme qui chavire, on retrouve des représentation du corps dans des formes fantasmées. Point de départ de la section, des sculptures de Giacometti dont l’Homme qui chavire (1950-1951), Trois hommes qui marchent I (1948), Buste d’Homme assis (Lotar III)  (1965), Grande femme II (1960). Tandis que Femme de Venise III (1956-1957). Autour de ces corps, des sculptures anthromorphes ou des apparitions : Maurizio Cattelan apparait en autoportrait en latx (Spermini, 1997), Giovanni Anselmo, montre une silhouette absorbée dans un paysage infini dans Entrare nell’Opera (1971),  Yves Klein renvoie la présence humaine à l’empreinte des corps, « pinceaux vivants », sur la feuille de ANT 104 (1960).

Dans la section Là infiniment, trois artistes posent la question de l'Homme dans l'Histoire et son envie de dominer le monde qui l'entoure. La sculpture Untitled, From the series Theatre of Disappearance (Adrián Villar Rojas, 2017) laisse imaginer le destin du David de Michel-Ange dans un monde post-apocalyptique.

Dans la section Irradiance, on retrouve un dialogue continu avec la nature et qui explorent la matière et ses métamorphoses. Water Cast 6 (2015) de Matthew Barney y témoigne de la rencontre explosive du bronze en fusion et de l’eau, générant avec des subtilités d’orfèvrerie.
Pour Christian Boltanski, in Animitas (2014)« la musique des astres et la voix des âmes flottantes » se reflète dans un parterre de clochettes japonaises qui dialogue avec le désert d’Atacama au Chili. Autre recherche, Untitled (2008) de Trisha Donnelly, où une onde magnétique jaillit du cœur d’une rose aux contours parfaits.

Et parallèlement à cette parcours, la Fondation Louis Vuitton offre un focus sur Takashi Murakami, un artiste qui revient sur les traumatismes de son pays sans une esthétique Kawaii, saturé de couleurs et de créatures fantastiques.

Elodie D.
Dernière modification le 14 mars 2018

Informations pratiques

Horaires
Du 11 avril 2018 au 27 août 2018

×

    Lieu

    8 Avenue du Mahatma Gandhi
    75116 Paris 16

    Tarifs
    tarif réduit : 10 €
    tarif normal : 14 €
    tarif famille : 32 €

    Site officiel

    Réservez vos places
    Cliquez ici pour réserver

    Vous souhaitez communiquer sur Sortir À Paris ?
    ↪ Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises.
    Commentaires

    Soyez le premier à réagir !

    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche