This page is not available in your language, please, choose yours

Public enemies

Publié le 17 juillet 2009 Par Louis V.

Sorti en salles mercredi 8 juillet, Public Enemies est la production américaine de l'été. A ne pas rater.

"Basé sur l'histoire vraie de John Dillinger, un braqueur de banque hors pair qui a sévit à de nombreuses reprises dans l'Amérique des années 30. Avancé comme « l'ennemi public numéro 1 » par le patron du FBI, John Edgar Hoover, Dillinger sera traqué sans relâche par Melvin Purvis, l'un des agents fédéraux les plus efficaces."
Un synopsis ultra vu et exploité me direz-vous. Certes, mais jamais sublimé comme Michael Mann et Johnny Depp viennent de le faire. Public Enemies est clairement le film à gros budget réussi de l'année. Prédictions, Anges et démons, le Jour où la terre s'arrêta, on n'en finissait plus de compter les méga productions décevantes et vraiment ratées pour certaines. Si bien que l'on redoutait encore une démonstration de moyens de production et d'effets visuels inutiles pour Public Enemies.
A défaut d'effets spéciaux à gogo, le film revient à l'essentiel, le jeu d'acteur et la touche d'un bon réalisateur.
Jeu d'acteur avec un Johnny Depp qui se réinvente encore une fois pour enfiler le costume de John Dillinger, le plus célèbre Gangster de l'histoire américaine. Sa prestation est maîtrisée de bout en bout, rien en trop, tout en plus. L'acteur envoute le spectateur qui se dit dès la première minute du film que Jack Sparrow le pirate déjanté est loin, très très loin. Christian Bale (l'inspecteur aux trousses de Dillinger), n'arrive que très rarement à rejoindre Depp perché dans un rôle qui lui va à la perfection. Marion Cotillard joue elle l'amante classique du héro, sans plus d'originalité que le rôle le permet.
Touche du réalisateur ensuite, avec un Michael Mann qui comme à chaque fois créé une ambiance unique. L'image est dépouillée, simple, parfois instable et floue, et le spectateur lui, jurerait être en train de braquer une banque. Côté braquage, le réalisateur avait déjà de l'expérience avec Heat, où les monstres sacrés Al Pacino et Robert De Niro se donnaient la réplique. On remarquera d'ailleurs la récurrence du thème du duo dans les productions de Mann. Rappelez vous par exemple le duo Tom Cruise/Jamie Fox dans Collatéral...
Pour Public Enemies on serait plus tenté de parler du magnifique tandem Johnny Depp/Michael Mann, de quoi rendre jaloux un certain Tim Burton.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement