L'Acid Pop revient au MK2 Quai de Seine : programmation 2019/2020

Par Manon C. · Publié le 6 novembre 2019 à 18h40 · Mis à jour le 11 novembre 2019 à 10h14
C'est le grand retour de l'Acid Pop au MK2 Quai de Seine et dans 8 salles d'Ile-de-France, du 18 novembre 2019 au 15 juin 2020. Au programme, rencontres et projections de films soutenus par l'association !

Association composée de cinéastes, l'ACID vous propose, avec l'Acid Pop, de découvrir en salle, du 18 novembre 2019 au 15 juin 2020, 8 films qu'elle soutient.  

Pour cela, rendez-vous au MK2 Quai de Seine mais aussi dans 8 autres salles d'Ile-de-France : à Noisiel (La Ferme du Buisson), à Montgeron (Le Cyrano), à Antony (Le Select), à Malakoff (Le Marcel Pagnol), à Pantin (Ciné 104), à Bagnolet (Le Cin’Hoche), à Champigny (Le Studio) et à Saint-Gratien (Les Toiles). 

Tous les mois, des cinéastes viendront partager avec les publics leurs expériences de fabrication : qu’est ce qui nourrit leur inspiration ? Comment au quotidien fabriquent-ils leurs films ? Comment les mettent-ils en scène ? Comment travaillent-ils avec leurs acteurs ou leurs protagonistes ?

Chaque séance se déroule en 3 temps : d'abord un dialogue, ensuite la projection du film et enfin un débat. Et le programme 2019/2020 fait plaisir à voir ! 

Programmation détaillée : 

  • 18 nov. 2019 à 20h - 'Lieux réels et lieux imaginaires : comment un film construit-il un territoire ?'

Projection de Rêves de Jeunesse de Alain Raoust 

Un lieu est souvent à l’origine de l’écriture d’un film. Par sa matérialité, le décor réel induit ensuite des choix de mise en scène, voire des modifications de scénario… De l’espace physique à l’espace filmique, jusqu’à l’espace mental du spectateur, comment se construit ce territoire imaginaire qu’est le film ? 

  • 16 déc. 2019 à 20h - 'Naissance du personnage : chaque vie porte son roman'

Projection de Vif-Argent de Stéphane Batut 

Pour un cinéaste, recueillir une simple expérience ou un souvenir peut faire surgir la trajectoire d’un personnage. Un individu rencontré peut alors devenir un modèle, comme en peinture, et le film se faire le spectacle de sa métamorphose en héros de fiction. 

  • 6 janv. 2020 à 20h - 'Du simple commentaire au journal intime : pourquoi la voix off ?'

Projection de Ne croyez surtout pas que je hurle de Frank Beauvais

On associe parfois la voix off à un moyen de combler les manques de l’image ou du scénario. Pourtant, tout un pan du cinéma utilise la voix off comme force constitutive des films, ou en joue pour mieux troubler les rapports entre le son et l’image, et interroger les formes traditionnelles de récit. 

  • 3 fév. 2020 à 20h - 'Et si les superpouvoirs ne servaient à rien ? Le fantastique peut-il être un genre réaliste ?'

Projection de L’angle mort de Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic

Raconter un superpouvoir en le prenant au sérieux, en suivant sa logique sans tricher jusqu’à ses conséquences les plus concrètes : est-ce que ce n’est pas, en renversant la notion habituelle du film de super-héros, créer un nouveau type de spectaculaire qui, l’air de rien, nous parle directement du monde ? 

  • 2 mars 2020 à 20h - 'A l’épreuve du montage, comment le documentaire peut-il s’affranchir de son sujet ?'

Projection de Still Recording de Saeed Al Batal et Ghiath Ayoub

Un documentaire est souvent réduit à sa seule thématique. Le travail de montage est de se poser des questions de rythme, de structure et de narration, de cheminer ainsi vers l’écart, la transformation, voire le hors sujet afin de trouver le véritable coeur du film. 

  • 27 avr. 2020 à 20h - 'Le croire pour le voir : comment filmer l’invisible ?'

Projection de Kongo de Corto Vaclav et Hadrien La Vapeur 

En documentaire ethnographique, l’objectivité de la caméra est parfois débordée par des phénomènes étranges voire surnaturels. Dès lors, comme en fiction, le cinéaste doit-il se faire fabulateur pour filmer ce qui ne se voit pas ? 

  • 11 mai 2020 à 20h - 'Si la parole résiste, doit-on la provoquer ?'

Projection de Quelle folie de Diego Governatori 

Je te filme, je t’affronte Au cours du processus documentaire, un pas de deux s’installe entre le filmeur et le filmé. Le film porte la trace de cette relation qui s’invente au cours de la fabrication : chaque cinéaste élabore ses propres stratégies pour faire advenir la parole ou les scènes. Quitte à aller, s’il le faut, jusqu’à l’affrontement ?

  • 15 juin 2020 à 20h - 'Passer du journalisme au documentaire de cinéma : quels choix de mise en scène ?'

Projection de Des Hommes de Alice Odiot et Jean-Robert Viallet 

On a coutume de dire que le documentariste arrive sur les lieux lorsque le journaliste s’en va. Que signifie mettre en formes le réel ? Du clip à la fiction en passant par l’immersion, quelles inspirations pour un autre regard sur des hommes en détention ?

Allez hop, on prend d'ores et déjà sa place pour la première soirée ! 

Informations pratiques

Horaires
Du 18 novembre 2019 au 15 juin 2020

×

    Lieu

    14 Quai de la Seine
    75019 Paris 19

    Site officiel
    www.lacid.org

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche