This page is not available in your language, please, choose yours

Songes et Métamorphoses aux Ateliers Berthier : notre critique

Publié le 14 avril 2017 Par Marine S.
songes et métamorphoses

Infos pratiques

Du... 21 avril 2017
Au... 20 mai 2017


1 Rue André Suares
75017 Paris 17

Métro Place de Clichy

Le metteur en scène Guillaume Vincent présente Songes et Métamorphoses, une adaptation autour des Métamorphoses d'Ovide et du Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare, sur la scène des Ateliers Berthiers du 21 avril au 20 mai 2017. Un projet audacieux et assez spectaculaire qui peine malgré tout à convaincre totalement.

Le metteur en scène Guillaume Vincent, dont le dernier spectacle, Mimi, avait été présenté aux Bouffes du Nord, est de retour sur les planches avec un travail de taille, Songes et Métamorphoses, quatre heures de spectacle présentées aux Ateliers Berthier du Théâtre de l'Odéon. Au programme, Ovide qui rencontre Shakespeare. Pouvait-il trouver plus fondateur que, d'un côté, les mythes relatés dans Les Métamorphoses, puis de l'autre, une des pièces les plus sublimes du maître du théâtre élisabéthain, Le Songe d'une nuit d'été

Le spectacle n'a pas encore commencé que déjà, la touche Guillaume Vincent est là. Cachant la scène, un immense rideau pailletté sépare le public de l'espace de jeu. On peut lire "Métamorphoses" sur le rideau. Première partie. Ovide revisité. Un spectacle d'enfants où on interprète le mythe de Narcisse, le mot est donné, cette première partie sera décalée, les contes d'Ovide insérés à une histoire qui les contient tous : des jeunes lycées montent Myrrha avec leur professeur de théâtre, une comédienne décide d'interwiever la femme de ménage de théâtre, qui se révèle bientôt incarner le mythe de Procné et l'horreur qui s'en suit. 

Comme souvent chez Guillaume Vincent, il y a de la musique. De la musique pop, de la musique classique. Il y a des paillettes, des couleurs, des lumières dans tous les sens. Visuellement, c'est d'une richesse folle. Quand l'entracte vient nous extraire des contes, on est sidéré. Cette première partie est une réelle réussite.

La seconde partie est une mise en plateau plus classique de la pièce de Shakespeare, Le Songe d'une nuit d'été. Malgré la séparation, les deux œuvres ne cessent pourtant de dialoguer tout au long des deux parties, on s'y réfère, on aborde la question. Visuellement, encore une fois, c'est absolument irréprochable. Costumes, décors, lumières. Tout est absolument parfait, jusqu'aux confettis qui tombent sur scène dans une pluie de lumière pour devenir un parterre féérique. Mais pourtant, le temps est long. Les comédiens, parfois, hurlent littérallement et les gags se répètent, tournent en rond, notamment avec la troupe de comédiens qui montent une pièce pour le mariage final. C'est épuisant, limite, agaçant. Et c'est dommage, car tous les éléments étaient là, présents pour faire de ce moment de théâtre, un très grand moment.

Infos pratiques :

Songes et Métamorphoses aux Ateliers Berthier, du 21 avril au 20 mai 2017.

Du mardi au samedi à 19h30, le dimanche à 15h30.

Tarifs : de 8 à 36€

Réservations : 01 44 85 40 40

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement