Covid : des clubs et discothèques prêts à se transformer en « centres de vaccination d'urgence »

Par Caroline J. · Publié le 26 janvier 2021 à 16h12 · Mis à jour le 26 janvier 2021 à 16h12
Et si les clubs et discothèques actuellement fermés en raison de la crise sanitaire étaient réquisitionnés pour être transformés en « centres de vaccination d’urgence » ? C’est ce que suggère Patrick Malvaes, le président du Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs.

C’est une proposition qui risque de faire parler. Dans un communiqué paru le 25 janvier 2021, Patrick Malvaes, le président du Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs, propose de réquisitionner l’ensemble de ses établissements adhérents, afin de les transformer en « centres de vaccination d’urgence ».

Fermés depuis le mois de mars 2020 en raison des mesures restrictives, les clubs et discothèques font partie des grands oubliés de cette crise. Selon Patrick Malvaes, 430 de ces établissements nocturnes ont déjà mis la clé sous la porte. Alors, plutôt que de les laisser fermés, pourquoi ne pas s’en servir afin de les « transformer en centres de vaccination d’urgence pour toute la population » ? Selon LCI, sur les 1 600 discothèques présentes dans le pays, 723 se disent prêtes à mettre à la disposition des pouvoirs publics leurs locaux.

« À l’arrêt depuis le 13 mars 2020, les discothèques représentent à ce jour le secteur d’activité commerciale le plus touché par les conséquences économiques de la Covid-19 », explique Patrick Malvaes dans ce  communiqué. Après avoir « mobilisé ses adhérents », le Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs (SNDLL) « invite tous les pouvoirs publics et toutes les municipalités qui le souhaitent à entrer en contact dès à présent avec [ses] exploitants ».

Selon le syndicat, « aucun autre commerce n’est aussi bien adapté à l’accueil d’un public avec distanciation et règles de sécurité ». Par ailleurs, « une telle réquisition nationale paraît tout à fait naturelle », afin de « tout mettre en œuvre au service de la santé publique et au-delà de la reprise de l’activité de tous les établissements au plus tard à l’été 2021 ».

Reste désormais à savoir si le gouvernement répondra favorablement à cette proposition. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche