Coronavirus : comment s'organisent les enterrements pendant le confinement ?

Par Laurent P. · Publié le 27 mars 2020 à 20h45 · Mis à jour le 16 avril 2020 à 18h56
A l'heure où le confinement a été mis en place en raison de l'épidémie de Coronavirus, quid des enterrements et funérailles ? Comment s'organisent les obsèques de proches ? quelles sont les mesures sanitaires mises en place dans les lieux de culte, crématoriums et cimetières ? La rédaction de Sortiraparis vous fait le point.

Une question qui revient souvent concernant l'épidémie de Coronavirus et ce qu'il est possible de faire en temps de confinement... Les funérailles et enterrements sont au coeur de nombreuses préoccupations, si bien que le Premier ministre, Edouard Philippe, a apporté quelques précisions lors d'une interview au 20h de France 2, mardi 17 mars 2020.

A la question d'une téléspectatrice qui demandait s'il était possible de se rendre à l'enterrement d'un ami décédé quelques jours plus tôt, le Premier ministre a tristement répondu par la négative : "Ce que je vais dire est terrible à entendre pour la téléspectatrice qui pose cette question mais je me dois d'être à la hauteur des fonctions que j'occupe, donc je vais répondre non". Et de justifier cette lourde décision : "Nous devons limiter au maximum nos déplacements. Même dans ces circonstances, nous ne devons pas déroger à la règle fixée".

Les enterrements et cérémonies religieuses maintenues en petit comité

Qu'en est-il dans les faits ? Les cérémonies religieuses peuvent techniquement être célébrées selon un décret publié le 15 mars 2020, expliquant que "les établissements de culte, relevant de la catégorie V, sont autorisés à rester ouverts". Un décret qui précise que "tout rassemblement ou réunion de plus de 20 personnes en leur sein est interdit jusqu'au 15 avril 2020, à l'exception des cérémonies funéraires". Bien que les messes soient suspendues pour le moment, les enterrements en petit comité ont bien lieu sauf au sein des cimetières fermés et à la condition de respecter les recommandations sanitaires de rigueur. C'est également à l'appréciation de chaque lieu de culte, il vous est donc conseillé de vous rapprocher des établissements pour plus de précisions.

A noter que le Conseil français du culte musulman a publié un communiqué mercredi 18 mars 2020, quant à la décision des hôpitaux de ne plus autoriser les toilettes mortuaires sur les défunts : "cette décision n'a d'autre finalité que la protection des vivants et ne se heurte en aucun cas aux dispositions de la tradition musulmane dans un tel contexte», précise le CFCM. Et de poursuivre en appelant les fidèles "à accepter dans la paix et la sérénité les mesures prises par les autorités sanitaires".

De son côté, Claire Chaize, la porte-parole du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, a apporté quelques précisions sur les règles à respecter concernant les cérémonies funéraires : "Nous devons à nos morts des obsèques dignes. Un travail est conduit actuellement dans le but de simplifier la procédure funéraire" explique-t-elle. Et de continuer : "Nous avons décidé d'inscrire les opérateurs funéraires sur la liste des bénéficiaires privilégiés des masques. Leur distribution dépendra de notre capacité en approvisionnement". Elle conclut : "Nous avons demandé aux préfets d'identifier, dans les cas de décès nombreux, des lieux où, dans l'attente de leur inhumation ou crémation, les corps pourraient être conservés. Pour protéger les familles, la présence aux cérémonies doit être limitée à 20 personnes". 

Crématoriums et funérariums : les mesures prises

Concernant les crématoriums et autres funérariums, c'est une autre paire de manche : pas de réglementation particulière, faisant de ce cas une zone grise dans la législation concernant le confinement. Mais les établissements ont pris les devants, chacun imposant des cérémonies restreintes, quand il y en a encore, avec un nombre de proches présents qui varie en fonction des lieux. En revanche, une règle en commun pour tous : la distanciation sociale.

Et concernant les décès liés au Coronavirus ? Là également, différentes mesures ont été prises. Le Haut conseil de la santé publique invite ainsi les établissements s'occupant des défunts à placer leur corps dans des housses mortuaires étanches et hermétiquement fermées pour éviter une éventuelle propagation, avant d'être conduit dans les chambres funéraires. Et de préciser que les cercueils doivent être fermés au plus vite et que les soins de conservations et de thanatopraxie sont interdits. Un nombre de morts en augmentation de jour en jour, ce qui pourrait obliger l'Etat à durcir encore plus les mesures en vigueur.

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche