Coronavirus : le confinement prolongé jusqu'au 11 mai en France

Par Caroline J., Laurent P., Alexandre G. · Photos par My B. · Publié le 13 avril 2020 à 20h28 · Mis à jour le 14 avril 2020 à 09h33
Lundi 13 avril au soir, le Président de la République a indiqué lors d'une allocution que le confinement sera prolongé jusqu'au 11 mai en France. Une annonce accompagnée de nombreuses mesures sur la reprise d'activité.

Le 27 mars dernier, le premier ministre Edouard Philippe se prononçait sur le renouvellement de la période de confinement en France "jusqu'au 15 avril au moins", en raison de l'épidémie de coronavirus. Lundi 13 avril, au soir, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé lors d'une allocution que ces mesures de confinement se poursuivront jusqu'au 11 mai, détaillant quelques mesures pour une reprise d'activité.

De son côté, l'Institut Santé, un think tank comprenant chercheurs, économistes, enseignants, médecins et autres infirmiers et infirmières s'est exprimé sur la fin du confinement, et a proposé un "plan de sortie de crise" vendredi 10 avril dernier. Un plan que le Président n'a semble-t-il pas suivi à la lettre.

Lors de son allocution, Emmanuel Macron a également évoqué la sortie de crise, parlant notamment de la réouverture des écoles, progressivement, dès le 11 mai, des établissements du secondaire qui ne réouvrirait pas avant la rentrée de septembre, mais également des musées, salles de spectacle, théâtres, cinéma et autres lieux publics qui resteront fermés pour le moment, entre autre.

On rappelle que la France recense à ce jour 98 076 cas confirmés de contamination au covid-19 et 14 967 personnes décédées selon les derniers chiffres communiqués par Santé Publique France.

Mis en place par le gouvernement le 17 mars dernier, ce confinement devait durer 15 jours, au moins. Geneviève Chêne, la directrice générale de l'agence sanitaire Santé publique France a par ailleurs rappelé que la vitesse de propagation du COVID-19 sur le territoire dépend "de l'adhésion de chacun aux mesures barrières et de confinement". Message en partie reçu par l'exécutif, qui avait décidé de prolonger de deux semaines supplémentaires la période. Par ailleurs, le premier ministre avait notifié que la période pouvait "évidemment être prolongée, si et seulement si la situation sanitaire l'exige", tout en soulignant que "les mêmes règles que celles actuellement en vigueur continueront de s'appliquer"

Concernant une inversion de la courbe épidémique, Geneviève Chêne avait confié, qu'en se basant sur "les expériences des autres pays qui ont connu l’épidémie avant nous et mis en place des mesures extrêmement strictes, on voit que la dynamique se déroule sur 2 à 3 mois en général, une inversion du pic intervient entre le premier et le deuxième mois", avant de poursuivre S'"il est trop tôt aujourd’hui pour pouvoir affirmer quoique ce soit sur la dynamique de l’épidémie en France", si l'on se fie à l'exemple de la Chine, l'inversion de la courbe interviendrait "autour de mi-mai/fin mai".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche