Pass Navigo : le prix va-t-il augmenter en raison de la crise sanitaire ?

Par Caroline J. · Photos par Alexandre G. · Publié le 22 juin 2020 à 08h42 · Mis à jour le 22 juin 2020 à 08h48
En raison de la crise sanitaire, les pertes financières subies par Île-de-France Mobilités sont « abyssales » d’après Valérie Pécresse. Alors, une hausse du tarif du Pass Navigo serait-il possible afin de compenser ce trou dans la caisse ? Pour l’heure, la Présidente de la Région francilienne refuse « résolument et absolument » cette hypothèse. Sur RTL, le 21 juin, Valérie Pécresse a confié qu'Île-de-France Mobilités sera en cessation de paiement le 8 juillet.

Avec la crise sanitaire, de très nombreux secteurs économiques sont en difficulté. Le 9 juin, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé un vaste plan de soutien au secteur aéronautique. Les transports publics sont aussi très durement touchés. Le 7 juin dernier, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, et le président du Groupement des autorités responsables de transport, Louis Nègre, ont appelé l'État à soutenir les transports publics qui doivent faire face à d’importantes pertes financières.

Invitée sur RTL le 10 juin, Valérie Pécresse a affirmé que les "pertes sont abyssales", indiquant qu’Île-de-France Mobilités est "en cessation de paiement", avec un déficit estimé à 2,6 milliards d'euros. Toujours sur les ondes de RTL, le 21 juin cette fois-ci, la présidente de la région Île-de-France a confié : "Le 8 juillet, Île-de-France Mobilités sera en cessation de paiement. Cela veut dire que nous ne pourrons plus payer les transports, les métros et les tramways", a-t-elle ajouté.

"Cette décision est très grave, quand on pense les transports en Île-de-France, cela a un impact sur les déplacements de 5 millions de Franciliens" mais surtout "sur l'emploi dans toute la France", a-t-elle expliqué.

On rappelle que les transports en commun ont été totalement désertés pendant le confinement. Depuis le 11 mai dernier, date du déconfinement, les Franciliens sont invités à poursuivre le télétravail. Beaucoup se sont aussi tournés vers d’autres moyens de transport, comme le vélo.

Alors, comment faire face à ce déficit ? Qui payera la facture ? Le prix du Pass Navigo pourrait-il augmenter pour compenser ces pertes ? À l’heure actuelle, la Présidente de la Région Île-de-France refuse cette hypothèse. "Pour rembourser 2,6 milliards de trou dans la caisse, il faudrait un impôt Covid sur les voyageurs de 20 euros par mois, une augmentation de 20 euros du pass Navigo!", a confié Valérie Pécresse, avant d’ajouter "Je m'y refuse résolument et absolument, ce serait totalement injuste".

Alors, pour éviter cette hausse du prix du Pass Navigo, Valérie Pécresse en a appelé à l’État. "Je demande au gouvernement la compensation intégrale des pertes de recettes subies par les transports publics à cause du Covid, du confinement, de la distanciation physique, de la crise économique. Ce serait quand même assez paradoxal que l'État vienne renflouer le secteur de l'aéronautique, de l'automobile, et pas celui des transports, qui est populaire et écologique", a-t-elle insisté.

Autre conséquence possible de ces pertes financières ? La diminution du trafic. "Si Île-de-France Mobilités n'a pas l'argent nécessaire pour payer la RATP et la SNCF pour un service complet, ces deux opérateurs feront un service réduit, c'est clair", a fait savoir Bernard Gobitz, vice-président de la Fédération nationale des Associations d'Usagers des Transports d'Île-de-France. Pour Valérie Pécresse, cette réduction de l’offre des transports n’est pas possible. "On ne peut pas réduire l’offre de transports dans une Île-de-France qui doit se relancer" avait-elle expliqué.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche