Ile-de-France : le plan de relance de Valérie Pécresse

Par Charlene S. · Photos par My B. · Publié le 28 mai 2020 à 12h28 · Mis à jour le 28 mai 2020 à 12h34
La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, doit présenter ce 28 mai son plan de relance pour l'économie et le pouvoir d'achat des franciliens en pleine crise dû à l'épidémie de coronavirus.

Relancer l'économie : c'est désormais la principale occupation de l'Etat. Le gouvernement multiplie les plans de relance pour venir en aide à chaque secteur impacté par la crise sanitaire : tourisme, culture, automobile... car l'épidémie de coronavirus a eu de fortes conséquences sur l'économie

Concernant la capitale, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a dévoilé un plan de relance pour aider les commerçants parisiens. Ce 28 mai, c'est la présidente de la région Ile-de-France qui doit détailler les mesures contenues dans son plan de relance. Selon les premières informations, le coût total de ce plan est estimé à 1,3 milliards d'euros financé à 50% par le déploiement de crédits supplémentaires.

Ce nouveau plan de relance s'effectuera en deux étapes. Une première partie sera votée le 11 juin et la seconde se déroulera sous forme d'un plan d'investissement pluriannuel et sera présenté en débat à la rentrée. Parmi les mesures, un soutien aux entreprises est prévue sans toutefois avoir plus de détails pour le moment.

L'emploi et la formation font également partie des secteurs aidés par ce plan de relance. Valérie Pécresse souhaite le versement d'une prime de 1000 euros pour les chômeurs qui accepteront de suivre une formation dans les métiers "en tension".

 

Une aide pour les étudiants boursiers

La présidente de la région Ile-de-France a aussi prévu d'aider les étudiants à maintenir un certain pouvoir d'achat. Pour cela, un versement de 60 euros sera effectué auprès des lycéens boursiers de la région et un chèque numérique sera versé à ceux qui rentrent à l'université.

De plus, tous les élèves seront munis d'un ordinateur à la rentrée. Lors de la dernière rentrée des classes ce dispositif avait été évalué à 80 millions d'euros.

Pour les étudiants suivants des formations dans le domaine du sanitaire et du social, 1000 bourses vont s'ajouter aux 9500 bourses déjà existantes afin d'attirer plus de jeunes vers les métiers médicaux. Enfin, une plateforme d'écoute pour les étudiants proposera un accompagnement social et psychologique.


Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche