Aéronautique : un plan de soutien de 15 milliards d'euros annonce Bruno Le Maire

Par Alexandre G. · Publié le 9 juin 2020 à 17h46 · Mis à jour le 9 juin 2020 à 17h48
En pleine situation de crise après une longue période d'inactivité, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dévoile ce mardi 9 juin un vaste plan de soutien au secteur aéronautique. Au moins 15 milliards d'euros serviront à préserver les "300 000 emplois directs ou indirects" en France.

"L'état d'urgence" décrété pour l'aéronautique. Ce mardi 9 juin, lors de la présentation du plan de soutien au secteur de l'aéronautique, fortement touché par les conséquences de la crise sanitaire, Bruno Le Maire a confirmé le "coup d'arrêt brutal" porté aux entreprises françaises du secteur. En conséquence, l'exécutif prévoit un plan de relance de 15 milliards d'euros pour venir en aide à l'un des fleurons de l'industrie tricolore.  

Avant tout, ce sont surtout les emplois que le gouvernement a souhaité préserver à tout prix, alors même que les prévisions de hausse du chômage semblent chaque jour un peu plus sombres. Avec la crise du coronavirus, le ministre de l'Économie a tenu à rappeler que ce sont près de "300 000 emplois directs ou indirects" qui sont menacés. Une situation qui légitime le fait que le gouvernement décrète "l'état d'urgence pour sauver l'industrie aéronautique"

Aussi, ce signal d'alarme envoyé par l'Etat aura pour but de lui "permettre d'être plus compétitive", mais aussi "plus décarbonée au 21e siècle". A l'image de sa petite soeur l'automobile, dont les usines sont aussi gelées et qui bénéficie d'un plan massif de 8 milliards d'euros, le gouvernement tente d'accélérer la transition énergétique par secteurs, avec la crise sanitaire et économique comme catalyseur.

Aussi, Bruno Le Maire a confirmé que 7 milliards d'euros seront attribués sous forme de Prêt Garanti de l'Etat à Air France, très fortement impacté par le Covid-19, quand le reste servira à aider les autres entreprises du secteur sur les trois prochaines années. Il a aussi précisé que "le trafic aérien ne devrait pas revenir à son niveau de décembre 2019 avant deux à trois ans"

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche