Coronavirus : les clusters augmentent mais l’épidémie reste contenue

Par Elodie D. · Publié le 20 juin 2020 à 10h17 · Mis à jour le 20 juin 2020 à 13h47
Au 18 juin 2020, la France comptait 77 foyers de coronavirus. Une seconde vague est-elle en train de toucher la France ? Si le nombre de clusters est elevé, l'agence Santé Publique France considère que le coronavirus "reste contenu".

Le dernier bilan de l’agence Santé publique France pourrait faire peur de prime abord. Entre le 9 mai et le 16 juin 2020, 239 foyers épidémiques de coronavirus ont été recensés, sans parler des foyers hors établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et milieu familial restreint. Et ce 18 juin 2020, 77 clusters étaient encore actifs, dont 37 en ile de France.

 

Les clusters concernent des établissements de santé (28 %), les entreprises hors santé (16 % en entreprises privées et publiques) et les personnes en situation de précarité et de vulnérabilité (14 % en établissements d’hébergement social et d’insertion et 6 % en communautés vulnérables). Parmi ces clusters, 66 % touchent plus de 5 personnes.

 

Si ce nombre peut faire peur, l’agence de santé publique se veut rassurante. Les indicateurs sont plutôt au vert. Au niveau national, le R était de 0,93 au 12 juin (alors qu’il était de 0,88 le 1er juin). Cela signifie qu’en moyenne, une personne malade du covid-19 va contaminer moins d’une personne. De son côté, l’incidence, le nombre de nouveaux cas rapportés à la population pour 100 000 habitants, est inférieure à 10 dans tous les départements, sauf dans le Gard, la Meuse et la Meurthe-et-Moselle !

La seconde vague est donc écartée au niveau national. Ce chiffre reste bas grâce aux brigades sanitaires qui enquêtent pour circonscrire le virus et limiter sa propagation. On apprend que 49 % des clusters sont maitrisés, avec aucune nouvelle contamination 2 semaines après la fin de la quatorzaine des contacts, et 31 % des clusters sont encore en cours d’investigation.

En France métropolitaine, l’ensemble des indicateurs attestent que « la situation continue globalement de s’améliorer et aucun élément n’est actuellement en faveur d’une reprise de l’épidémie », relève Santé publique France. Reste que l’indicatif de reproduction est supérieur à 1 dans plusieurs régions ; en Auvergne-Rhône-Alpes (1,02), en Normandie (1,14) et en Occitanie (1,51), en Martinique (1,57) et en Guyane (2,59).

 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche