Gilets Jaunes : le retour des manifestations à partir de septembre ?

Par Cécile D. · Publié le 27 août 2020 à 11h25 · Mis à jour le 27 août 2020 à 11h26
Sur les réseaux sociaux, les annonces se multiplient : les gilets jaunes semblent préparer leur grand retour dans les rues de France dès le 12 septembre 2020. Menaces de plans sociaux, fin des mesures du chômage partiel, les raisons de manifester ne manquent pas aux Français engagés, prêts à faire entendre leurs voix.

Plusieurs collectifs et quelques personnalités, comme Jean-Marie Bigard, appellent à un retour des manifestations des Gilets jaunes dès le 12 septembre 2020. Un « come-back » que l'Elysée semble prendre au sérieux selon nos confrères du Parisien. En effet, en plus de la crise économique engendrée par le Coronavirus, les récentes luttes sociales, contre le racisme, contre les violences policières et les inquiétudes vis-à-vis du futur promettent des manifestations musclées.

Un espoir pour l'exécutif : la présentation du plan de relance économique, prévue le jeudi 3 septembre 2020. Les annonces du gouvernement pour l'économie pourraient calmer l'inquiétude des Français concernant la pérennité de leurs emplois et de leurs entreprises. Un objectif bien présent dans l'esprit des membres du gouvernement, comme en témoigne des proches du président de la République, interrogés par le Parisien.

« Avec le chômage partiel, les effets de la crise ont été momentanément figés. Mais, quand on en sortira, il va y avoir une accélération qui touchera les grands groupes comme les petites structures. Cette crise sanitaire va devenir une crise économique qui se transformera à tous les coups en crise sociale », avertit un cadre de la majorité.

L'avenir est rendu d'autant plus incertain que l'on n'est pas capable de prédire l'évolution de l'épidémie, et donc celle des finances de l'Etat. « Si l'épidémie continue après, on fait quoi ? La France peut-elle se permettre de dépenser des centaines de milliards indéfiniment pour soutenir des secteurs à bout de souffle ? » s'interroge un membre du gouvernement. « N'oublions pas qu'il y a toute une France paupérisée, non qualifiée, de serveurs, d'employés de magasins d'habillement ou de la grande distribution, qui vont trinquer très fort, enchaîne-t-il. La crainte, c'est tous ceux qu'on ne pourra pas sauver. Ce sont des Gilets jaunes potentiels. »

Selon le quotidien, l'entourage d'Emmanuel Macron demande d'étaler certaines mesures sociales et financières au-delà du 31 décembre, afin de « limiter la casse » et soutenir la population française au maximum.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche