Annie Cordy, l'interprète de Tata Yoyo et de Cho Ka Ka O, est décédée

Par Laurent P. · Publié le 4 septembre 2020 à 22h28 · Mis à jour le 5 septembre 2020 à 09h15
Annie Cordy, interprète des célèbres Tata Yoyo et Cho Ka Ka O, est décédée ce vendredi 4 septembre 2020 des suites d'un arrêt cardiaque à l'âge de 92 ans.

Une grande dame de la chanson française s'en est allée... Annie Cordy, connue pour de nombreux tubes comme Tata Yoyo, La bonne du curé ou encore Cho Ka Ka O, est décédée ce vendredi 4 septembre 2020 à l'âge de 92 ans. La chanteuse s'est éteinte des suites d'une crise cardiaque chez elle, à son domicile de Vallauris, dans les Alpes-Maritime. Une information relayée par nos confrères de Nice-Matin, et confirmée par BFMTV.

"Elle a fait un malaise vers 18 heures. Les pompiers sont arrivés très vite, ont tout tenté pour la ranimer" a indiqué sa nièce, avec qui elle vivait, à nos confrères de l'AFP. Et de poursuivre : "Elle est partie en quelques minutes". "Elle avait des problèmes de mémoire, je ne suis pas très surpris, mais profondément triste", a indiqué de son côté le chanteur Dave, interrogé par nos confrères de BFMTV.

De son vrai nom Léonie Cooreman, la jeune femme est née en 1928 en Belgique, à Laeken, une commune du nord de Bruxelles. Elle deviendra bien plus tard Annie Cordy, en 1950, alors engagée comme meneuse de revues au Lido, à Paris, et après être passé par le Boeuf sur le Toit, à Bruxelles. Une chanteuse populaire connue pour ses titres enjoués, comme Tata Yoyo, sorti en 1980, ou encore Cho Ka Ka O, sorti en 1985. Mais l'artiste a de nombreuses facettes et une carrière plutôt prolifique ! Au total, Annie Cordy a enregistré plus de 700 chansons enjouées et festives, et a également fait un tour du côté de la comédie musicale, de la télévision, du théâtre, mais surtout par la case cinéma.

Côté film, on se souvient de Si Versailles m'était conté où elle donne la réplique à Sacha Guitry, du Passager de la pluie de René Clément, du Chat de Pierre Granier-Deferre, aux côtés de Jan Gabin et de Simone Signoret, ou encore de La Rupture, de Claude Chabrol. En 2015, elle marque les esprits avec Les Souvenirs, de Jean-Paul Rouve. Une artiste accomplie et une bonne vivante que l'on va regretter, à n'en pas douter.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche