Covid : la France peut-elle vraiment échapper à un troisième confinement ?

Par Caroline J., Alexandre G. · Publié le 10 février 2021 à 17h06 · Mis à jour le 10 février 2021 à 17h37
Hier, le ministre de la Santé a indiqué qu’il était encore possible d'éviter un reconfinement. Ce 10 février, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a confirmé ces propos, annonçant à son tour qu’"il existe un chemin pour éviter le confinement". Alors, la France peut-elle vraiment échapper à un troisième confinement strict ? Éléments de réponse.

Alors que de nombreux Français pensaient à nouveau être confinés après les fêtes de Noël et du Nouvel An, la France échappe jusqu’ici à un reconfinement strict, contrairement à plusieurs de ses voisins européens.

Le 4 février dernier, lors de sa dernière conférence de presse, le Premier ministre Jean Castex a déclaré que la situation ne justifiait pas à ce jour un nouveau confinement. Se voulant toutefois prudent, le chef de l'exécutif a fait savoir qu'il n'hésiterait "pas à prendre (ses) responsabilités" en cas de "dégradation forte et rapide". "L'objectif que nous devons nous fixer, ce n'est pas de retarder cette échéance, c'est de tout mettre en œuvre pour l'éviter" avait-il déclaré.

Visuel ParisVisuel ParisVisuel ParisVisuel Paris Conférence de Jean Castex : Pas de reconfinement à ce stade
Le premier ministre Jean Castex s'est exprimé ce jeudi 4 février 2021 au sujet de la crise sanitaire en France. Selon le gouvernement, la situation actuelle ne justifie pas un reconfinement face à l'épidémie de coronavirus.




Le 9 février, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a créé la surprise sur France Info. « Il est évidemment possible qu'on ne soit jamais reconfinés », a-t-il ainsi déclaré avant d’ajouter que « le confinement est un choix de nécessité lorsque la situation épidémique nous échappe. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas ».

Visuel Paris vide confinementVisuel Paris vide confinementVisuel Paris vide confinementVisuel Paris vide confinement Coronavirus : Il est encore possible d'éviter un reconfinement selon Olivier Véran
Alors que l'épidémie de coronavirus se poursuit en France, le ministre de la santé s'est exprimé auprès de franceinfo sur la situation. Il indique notamment qu'il est encore possible d'éviter un nouveau confinement.





Ce 10 février, c’est au tour du porte-parole du gouvernement d’évoquer la situation sanitaire actuelle, et cette possibilité qu’a la France d’éviter un troisième confinement. À l’issue d’un nouveau Conseil des ministres, Gabriel Attal a ainsi estimé qu'« il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement ». « Il n’est pas large, mais il existe, et nous aurions tort de ne pas tout mettre en œuvre pour y parvenir » s'est-il justifié, avant de rappeler que le reconfinement doit être « l’ultime recours ».

« Les chiffres apparaissent déclinants depuis ces dernières semaines », a-t-il expliqué, avant d’ajouter : « Nous sommes toujours sur ce même plateau haut qui apparaît légèrement déclinant depuis une semaine. Il faut rester extrêmement prudent », a toutefois précisé Gabriel Attal.

Mais alors, que disent exactement ces chiffres ? Le 9 février, le pays a enregistré 18.870 nouveaux cas et 724 morts en 24 heures. Si ces chiffres du Covid-19 sont toujours sur un plateau élevé, ils restent néanmoins stables. Aussi, les autorités sanitaires ont constaté que le taux d'incidence avait baissé en l’espace de deux semaines en France. Mais ces chiffres pourraient se dégrader rapidement en raison des variants, déjà bien installés dans le pays, et notamment en Île-de-France.

Variant anglais du Covid : l'Île-de-France de plus en plus touchéeVariant anglais du Covid : l'Île-de-France de plus en plus touchéeVariant anglais du Covid : l'Île-de-France de plus en plus touchéeVariant anglais du Covid : l'Île-de-France de plus en plus touchée Covid : le variant anglais représente plus de 37% des cas à Paris et en Île-de-France
Le variant anglais du Covid-19 est désormais bien installé à Paris et en Île-de-France. Selon les derniers chiffres, la mutation britannique représenterait désormais plus de 37% des cas positifs en région francilienne.




Dès lors, certains médecins s’inquiètent de la situation. Le 9 février, Le Monde a publié une tribune dans laquelle le professeur de médecine Bruno Riou appelle à reconfiner. « Confinons vite, fort, mais le moins de temps possible » a-t-il lancé. Estimant que le variant anglais « deviendra prédominant dans quelques semaines », tout comme le professeur Arnaud Fontanet, le directeur médical de crise de l’AP-HP est « intimement persuadé que seul un confinement est à même d’éviter ce scénario ». « Il ne faut plus avoir peur d’un confinement total », a-t-il poursuivi, « à condition qu’il soit de courte durée: c’est la seule stratégie qui a démontré son efficacité dans de nombreux pays ».

D’autres médecins semblent être du même avis. C'est le cas de Gilles Pialoux. Invité de BFMTV ce 10 février, le chef du service d'infectiologie à l'hôpital parisien Tenon « ne voit pas comment on peut échapper à un confinement mais ça peut prendre plusieurs formes, un confinement local etc. On joue sur les mots, peut-être qu’on va échapper à un reconfinement national ».

Pointant du doigt les différents variants, Gilles Pialoux s’est alarmé de la situation en région francilienne. « On a une poussée incroyable du variant anglais en Île-de-France. On est autour de 39% de nouvelles contaminations liées au variant anglais. On a des clusters de variant anglais en IDF, mélangeant soignants et soignés », a-t-il confié.
 
Alors, la France parviendra-t-elle à échapper à un nouveau confinement ou devra-t-elle finalement céder, en raison de la menace des variants ?

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche