Hyperloop : premier test concluant avec des passagers pour Virgin Hyperloop One

Par Laurent P. · Publié le 10 novembre 2020 à 18h36 · Mis à jour le 10 novembre 2020 à 18h43
Virgin, qui s'est lancé dans la course à l'Hyperloop, a annoncé avoir réalisé les premiers tests grandeur nature de ce nouveau moyen de transport révolutionnaire, avec de véritables passagers à bord. Un premier test particulièrement concluant, ouvrant la voie à de nouveaux essais et à terme, à la construction d'un réseau mondial.

La course à l'Hyperloop est désormais bel et bien lancée... Elle a même fait un énorme pas en avant, avec un premier test concluant de Virgin Hyperloop One, filiale du groupe éponyme dirigée par le milliardaire Richard Branson, le 8 octobre dernier. Une nouvelle étape significative puisque ce test a été réalisé avec de véritables passagers à bord, Sara Luchiandirectrice de l'expérience des passagers, et Josh Giegelco-fondateur et directeur de la technologie.

"C'était notre nacelle de test. L'occasion était de faire une démonstration du dossier de sécurité", a ainsi expliqué Sara Luchian. Et de poursuivre en évoquant le confort des capsules : "C'est un peu plus petit que ce à quoi nous voulons que notre véhicule final ressemble. Josh, mon co-passager et moi avons pu discuter entre nous, bouger dans la cabine, dans une certaine mesure", indique-t-elle.

Et d'évoquer ce à quoi pourrait ressembler le résultat final : "Dans la dernière version, que nous sommes en train de concevoir avec des spécialistes du domaine de la conception et du transport, la nacelle pourra accueillir jusqu'à 28 passagers. Ils pourront se tenir debout confortablement, se déplacer dans la cabine, accéder à leurs bagages et à d'autres choses comme nous le faisons dans les moyens de transport actuels", explique-t-elle.

C'est dans un tunnel de 500 mètres de long, dans le centre d'essai de Hyperloop One, à Las Vegas, qu'a été réalisé ce test grandeur nature. Un voyage "en douceur" à 172km, qui contraste avec le dernier en date, sans passager, à 386 km/h, et une vitesse théorique pouvant atteindre les 1 224 km/h. Un premier pas, tout de même, dans le but d'obtenir d'ici 2025 les autorisations nécessaires, ainsi que de répondre aux normes de sécurité. Une première ligne pourrait ainsi voir le jour à l'horizon 2030, reliant Los Angeles à San Francisco en moins de 30 minutes.

Pour rappel, l'Hyperloop fonctionne un peu comme les anciens conduits pneumatiques, le principe étant de faire le vide dans un tunnel de sorte que les capsules qui s'y trouvent, comprenant des passagers, puissent voyager d'un point A à un point B à très grande vitesse, sans à avoir à affronter une quelconque résistance à l'air. Une belle façon également de rapprocher les populations mondiales.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche