John Le Carré, maître du roman d'espionnage, est décédé à l'âge de 89 ans

Par Cécile D. · Publié le 14 décembre 2020 à 16h14 · Mis à jour le 14 décembre 2020 à 16h15
Il avait le don de nous tenir en haleine et de nous captiver par sa plume. David Cornwell, plus connu sous son nom d'auteur John Le Carré, est décédé d'une pneumonie le 12 décembre 2020, à l'âge de 89 ans.

Dans le froid de décembre, l'espion est parti. John Le Carré, de son vrai nom David Cornwell, est décédé le samedi 12 décembre 2020, des suites d'une pneumonie. Il avait 89 ans. L'écrivain britannique était bien connu pour ses romans d'espionnage, inspirés de sa propre vie. 

C'est Jonny Geller, le PGD du groupe Curtis Brown, l'agence artistique qui représentait John Le Carré, qui a annoncé la triste nouvelle : « C'est avec une grande tristesse que je dois annoncer que David Cornwell, connu dans le monde sous le nom de John le Carré, est décédé après une courte maladie (non liée au Covid-19) en Cornouailles samedi soir, le 12 décembre 2020. Il avait 89 ans. Nos pensées vont à ses quatre fils, à leurs familles et à sa chère épouse, Jane. »

John Le Carré a vécu une vie hors du commun. S'il a si bien su écrire à propos des services secrets anglais, c'est qu'il les a côtoyés de près. Peu après la Seconde Guerre Mondiale, il a travaillé pour les services secrets britanniques alors qu'il étudiait l'allemand en Suisse. De sa carrière au MI5, John Le Carré n'en tirait aucune fierté : « Je suis juste un écrivain qui fut, brièvement, espion.»

C'est son troisième roman, L'Espion qui venait du froid, qui lui a apporté la gloire en 1963. John Le Carré y fait le récit d'un espion britannique sacrifié pour un ancien nazi devenu communiste et "taupe" des services britanniques. Parmi la vingtaine de livres publiés sous son nom, on retient également Le Directeur de nuitLa Constance du jardinierUne amitié absolue, La Taupe, Retour de service, Un pur espion...

Si le bureau de renseignement anglais et ses turpitudes lui ont apporté la gloire, John Le Carré savait s'adapter à l'actualité et trouver l'inspiration dans un monde changeant. Quand la guerre froide s'est finie, l'écrivain a pu trouver de nouveaux sujets. Son thème de prédilection devint la corruption dans un ordre mondial dominé par les États-Unis, le trafic d'armes, les laboratoires pharmaceutiques, le terrorisme...

Écrivain de génie, il était apprécié par ses confrères, autant que par des personnalités de son temps. George H.W. Bush et Margaret Thatcher, par exemple, n'ont pas caché leur goût pour les romans d'espionnage de Le Carré. 

Une série d'hommages a fleuri sur les réseaux sociaux à l'annonce de la mort de John Le Carré. Stephen Fry loue son talent sur Twitter : « Existe-t-il un écrivain contemporain qui m’a donné plus de plaisir ? Impossible à dire pour le moment. Je suppose que le mieux que l’on puisse faire pour honorer sa vie et son talent est de relire tous ses livres. Tout le contraire d’une corvée ». Stephen King, Simon Sebag Montefiore, Florence Pugh ou encore Gary Oldman, tous regrettent la disparition de l'écrivain, et le remercie pour ses romans qui garderont intacts sa mémoire et son talent.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche