Coronavirus : Le couvre-feu a-t-il prouvé son efficacité ?

Par Rizhlaine F. · Photos par Laurent P. · Publié le 30 décembre 2020 à 17h22 · Mis à jour le 31 décembre 2020 à 14h43
Depuis le déconfinement, les français ont troqué l'attestation confinement contre l'attestation couvre-feu. Désormais entre 20h et 6h, chacun doit rester chez soi. Une mesure familière pour certains français qui avaient déjà connu cette mesure en octobre 2020. Mais s'est-elle avérée efficace ?

À 20h, chacun chez soi ! Depuis le 15 décembre 2020, date marquée par la fin du reconfinement, l'ensemble de la France doit respecter un couvre-feu jusqu'à 6h du matin. Une mesure qui devrait être instaurée au moins jusqu'au 20 janvier 2021. Mais pour une partie des français, la situation prend des air de déjà-vu. 

Et pour cause, en octobre 2020, plusieurs zones de France ont déjà été concernées par un couvre-feu. Cette restriction avait été mise en place sur les territoires où la situation était la plus préoccupante afin de contrer la seconde vague de l'épidémie et de tenter d'éviter un reconfinement national. Néanmoins, la France n'aura finalement pas échappé à cette mesure drastique. 

Depuis le déconfinement, c'est reparti pour le couvre-feu. Pour certains départements, il pourrait même être avancé à 18h !  Mais alors quelles étaient les conclusions à tirer du mois d'octobre 2020 ? S'est-il avéré suffisamment efficace ? Plusieurs chercheurs de Santé Publique France se sont penchés sur la question et ont dévoilé les résultats de leur enquête ce jeudi 17 décembre

L'analyse porte ainsi sur l'évolution des indicateurs au sein de 22 métropoles françaises divisées en trois groupes. Le premier concerne les villes qui ont connu le couvre-feu dès le 17 octobre : Paris, Aix-Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Grenoble, Montpellier, Rouen et Saint-Etienne. Le second concerne les métropoles dans lesquelles il a été instauré dès le 24 octobre : Strasbourg, Orléans, Nice, Dijon, Nancy, Clermont, Rennes, Toulon et Tours. Enfin le dernier groupe réuni les métropoles qui n'ont pas connu de couvre-feu en octobre : Bordeaux, Brest, Metz et Nantes.

Selon cette étude, un ralentissement de l'évolution de l'épidémie serait bel et bien intervenu plus tôt dans les premières villes à avoir suivi un couvre-feu, c'est à dire le groupe du 17 octobre 2020. Pour ce dernier, le pic des contaminations aurait été atteint le 27 octobre soit 10 jours après la mise en place de cette mesure. En revanche pour le groupe du 24 octobre 2020 et le groupe sans couvre-feu, ce pic a été atteint quasiment au même moment, entre le 2 et le 3 novembre 2020. La baisse à la suite du pic aura été également plus marquée pour le groupe du 17 octobre 2020.

Ce groupe aura été également le premier à connaître une baisse des hospitalisations liées à la covid avant d'être suivi de près par le groupe du 24 octobre. Le groupe sans couvre-feu en revanche a connu un plateau et aura stagné pendant une quinzaine de jours. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche