Paris : le "plan arbres" pour installer 170.000 arbres en 5 ans dans la capitale

Par Elodie D. · Photos par Caroline J. · Publié le 24 janvier 2021 à 14h03 · Mis à jour le 24 janvier 2021 à 14h09
Paris va lancer la concertation pour le plan arbres de la capitale, qui prévoie de créer des forêts urbaines dans la capitale, avec 170.000 nouveaux arbres avant 2026. Si le plan définitif doit être adopté par le Conseil de Paris cet été, Christophe Najdovski (EELV), l'adjoint à la ville en charge du projet, a dévoilé au JDD son plan d'attaque.

« La première mandature d’Anne Hidalgo a été celle du vélo, la seconde sera celle de la végétalisation. » Selon les confidences au Journal du Dimanche de Christophe Najdovski (EELV), l’adjoint à la ville en charge du plan arbres lancé ce mercredi 27 janvier 2021, la maire de Paris a bien l’intention de végétaliser la capitale avec des forêts urbaines et près de 100 « rues Oasis », censées être des points de fraicheur accessibles à moins de 15 minutes de n’importe quel parisien.

Ce plan est l’un des piliers de la mandature d’Anne Hidalgo, qui s’est rapproché des verts pour s’assurer la mairie. L’enjeu de santé publique est mis en avant : Paris serait la 4e ville d’Europe où la pollution est la plus meurtrière avec 2 500 décès prématurés liés au dioxyde d’azote recensés chaque année, sans compter les problèmes de chaleur liés à la bitumisation. Les arbres offriraient aussi un refuge aux oiseaux et à 400 espèces d’insectes, réguleraient les eaux pluviales : autant dire l’importance pour la ville qui s’est engagée contre le réchauffement climatique.

Si on a beaucoup entendu parler des « forêts urbaines » que la Mairie doit implanter sur le parvis de l’Hôtel de Ville, le parvis de la gare de Lyon (12e), les places de la Bourse (2e) et de Catalogne (14e), la rue Curial (19e). Elles seront accompagnées de 100 000 pousses très rapprochées sur les abords du périphérique et de la refonte de grands axes — dont l’avenue de Wagram (17e) — qui retrouveront des rangées d’arbres supplémentaires, « histoire de renouer avec l’esprit d’Alphand et d’Haussmann, avant l’avènement du tout-­automobile ».

Ce plan, proposé en 2019, est enfin mis sur la table des concertations avec les associations environnementales avant d’être soumis au Conseil de Paris à l’été 2021. Pour pérenniser la chose, le premier adjoint à la maire, Emmanuel Grégoire (PS), prépare une révision du plan local d’urbanisme, avec « une nouvelle réglementation [qui] établira que l’arbre ne doit pas être une variable d’ajustement mais être placé au cœur de chaque projet d’aménagement. »

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche