Télétravail : la productivité des salariés en hausse de 22%, selon une étude

Par Alexandre G. · Publié le 15 mars 2021 à 19h22 · Mis à jour le 15 mars 2021 à 19h22
Une étude menée par l'Institut Sapiens révèle que le télétravail aurait engendré une hausse spectaculaire de la productivité chez les salariés, permettant ainsi de préserver l'économie française pendant la période de crise sanitaire liée à l'épidémie du Covid-19. Les résultats de l'étude tablent aussi sur une éventuelle récession de productivité chez ses mêmes salariés, si le télétravail n'est pas mieux rapidement encadré par les conventions collectives.

Le télétravail, nouveau héros de l'économie française ? Tel est le constat avancé par l'Institut Sapiens, un think tank libéral qui publie ce lundi 15 mars les résultats de son étude consacrée à l'impact du télétravail sur l'économie dans l'Hexagone, relayé par nos confrères du Parisien. En 2020, le télétravail aurait permis de faire bondir la productivité des salariés de 22% en France

Aussi, ce nouveau mode de travail à domicile aurait, selon les résultats de l'étude, aidée à préserver la chute du PIB en France, prévisible en raison de la crise sanitaire et économique liée à l'épidémie du Covid-19. L'étude de l'Institut Sapiens précise que le télétravail a "permis de sauvegarder entre 216 et 230 milliards d'euros de Produit intérieur brut (PIB) en 2020", soit neuf points de PIB. Concrètement, le télétravail pendant le premier confinement a préservé entre 167 et 173 milliards d'euros de PIB, quand le second confinement a maintenu entre 49 et 57 milliards d'euros de PIB. 

Moins de distractions et de perturbations

Un gain de productivité considérable, qui s'explique par les nombreux changements d'habitudes liées à ce nouveau mode de travail. Pour expliquer de tels résultats, l'Institut Sapiens précise que le travail à distance "a entraîné la réduction du nombre de distractions et de perturbations (pauses-café, long déjeuner, bruit), tout en augmentant la motivation par la responsabilisation". Par ailleurs, ce gain de productivité s'explique par "la réduction du temps de trajet qui est transformé en temps d'activité professionnelle ou en sommeil supplémentaire", souligne Dominique Calmels, co-fondateur du think tank. 

De manière générale, l'étude confirme que le télétravail rime avec "une meilleure gestion de l'emploi du temps", et la fin des "réunions inutiles et chronophages". Seulement, ce spectaculaire gain de temps pourrait s'avérer totalement inutile, si les salariés finissent par ne plus s'y retrouver. Dans le cas où le télétravail serait "imposé sur du long terme sans négociation avec les salariés ni suivis suffisants, le télétravail pourrait à l'inverse engendrer jusqu'à 20% de pertes de productivité", soutient au Parisien Laurent Cappelletti, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, co-auteur de l'étude du think tank. Pour l'heure, les négociations entre les partenaires sociaux et le gouvernement n'ont pas encore été menées à leur terme

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche