Covid : vers de nouvelles mesures fortes ? Les chiffres de ce mardi "décisifs" pour Emmanuel Macron

Par Alexandre G., Laurent P. · Publié le 30 mars 2021 à 11h26 · Mis à jour le 30 mars 2021 à 13h55
Jeudi dernier, Emmanuel Macron précisait que de nouvelles mesures devront être prises "dans les prochains jours, les prochaines semaines", si la situation sanitaire continue de se dégrader. Au début d'une énième semaine "décisive", le chef de l'État attend encore le bilan des premières mesures adoptées au samedi 20 mars. Avant d'annoncer un éventuel nouveau tour de vis ? L'exécutif s'apprête à trancher à ce sujet dès ce mardi, 10 jours après l'instauration des nouvelles mesures restrictives, selon un conseiller de l'exécutif.

Face à la troisième vague de Covid, le plus dur reste à venir... Emmanuel Macron a annoncé lors d'une conférence de presse, ce jeudi 25 mars, à l'issue du Conseil européen que "sans doute dans les prochains jours, les prochaines semaines, nous aurons de nouvelles mesures à prendre". Il poursuit : "nous les prendrons tous ensemble à la lumière des faits, en étant transparents, on le fera en temps réel". Sans exclure de prendre la parole d'ici quelques jours si la situation venait à se dégrader, en particulier en Île-de-France où les contaminations ont explosé.

Quelques jours plus tard, alors que l'épidémie du Covid-19 continue de se propager à vitesse grand V partout dans la région capitale -notamment dans les écoles-, l'heure n'est toujours pas à la décision. "Sans doute dans les prochains jours et semaines, nous aurons de nouvelles mesures à prendre", affirme Emmanuel Macron au JDD ce dimanche 28 mars 2021, toujours aussi évasif. Avant de se prononcer une nouvelle fois sur la bonne stratégie anti-Covid à adopter, le président cherche à gagner du temps dans l'attente du premier "bilan" des mesures restrictives adoptées au samedi 20 mars. 

Vers des nouvelles décisions dès ce mardi ? 

Quant aux éventuelles annonces ou décisions, elles pourraient sortir du bois dès ce mardi 30 mars 2021. Un conseiller proche de l'exécutif indique à nos confrères de Politico Playbook Paris que "au bout de dix (jours), on pourra déjà voir s'il y a une inflexion de la dynamique sur les 16 départements". Ce mardi, cela fait pile poil 10 jours que les mesures fortes de freinage ont été adoptées dans les 16 départements concernés. 

De plus, les données recensées les lundis sont souvent faussées par des effets de "rattrapage" du week-end, souligne le conseiller. L'idée serait donc de patienter un jour de plus afin d'observer le juste bilan des mesures fortes de freinage. "Si on passe les 50 000 cas (sur 24h), je ne vois pas comment on tient... Tout le monde va nous dire que le 'freiner sans enfermer' n'as pas eu d'effet", s'inquiète un conseiller, toujours à Politico. Surtout, l'interrogation de l'exécutif concerne la pression hospitalière actuelle, alors que les transferts interrégionaux de patients Covid s'intensifient. "La question, c'est combien de temps les hôpitaux peuvent tenir ?", s'interroge le même conseiller.

En ce sens, Emmanuel Macron devrait dans tous les cas s'exprimer maximum "dans les 15 prochains jours", afin de répondre à un "impératif de clarté et de calendrier" vis-à-vis des Français, comme l'informe ce mardi Guillaume Daret, grand reporter au service politique de France Télévisions. Aussi, c'est précisément "quand il pourra tenir ces deux objectifs là qu'il s'exprimera", souligne une source au sein de l'exécutif, contactée par notre confrère. 

La semaine précédente, le Président de la République précisait déjà que "les semaines qui viennent seront très difficiles, il faut être très lucide". Le seul espoir, pour le chef de l'État : la vaccination. "On va continuer à protéger nos concitoyens les plus fragiles qui arrivent en services de réanimation", a-t-il ainsi indiqué, tout en expliquant continuer à protéger "nos soignants", "les autres malades".

Selon le Emmanuel Macron, il faut également prendre en compte "les autres dimensions", à l'image de "la santé mentale, la fatigue qui existe dans le pays, la santé de nos jeunes, la nécessité de les éduquer, de leur permettre d'être dans un cadre de développement et la situation économique et sociale du pays". Et concernant ces mesures, rien de précis pour le moment, mais un confinement plus dur n'est pas à exclure. Un confinement strict demandé en tout les cas par de nombreux soignants et chercheurs.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche