Ecoles fermées : Macron confirme la réouverture des classes de maternelle et primaire le 26 avril

Par Cécile D., Caroline J. · Publié le 7 avril 2021 à 10h10 · Mis à jour le 7 avril 2021 à 10h51
Face à la troisième vague, le président de la République avait annoncé, le 31 mars dernier, la fermeture de tous les établissements scolaires, à savoir les crèches, écoles, collèges et lycées, partout en France dès ce vendredi 2 avril 2021 au soir, et pour une durée de trois semaines. Le 6 avril, Emmanuel Macron a confirmé que les écoles primaires et les maternelles rouvriraient bien le 26 avril, comme prévu.

L'exécutif passe la seconde dans la lutte contre le Covid-19... Ce 31 mars, Emmanuel Macron a pris la parole à la télévision afin d’évoquer la situation sanitaire dans le pays et d'annoncer de nouvelles mesures restrictives. Objectif ? Freiner la troisième vague liée à l’épidémie de Coronavirus.

Pour mener cette bataille, le chef de l’État et le gouvernement ont dû se résoudre à prendre une décision qu'ils ont longtemps repoussé : celle de la fermeture des écoles dans tout le pays. À compter du vendredi 2 avril 2021 au soir, tous les établissements scolaires (crèches, écoles, collèges et lycées) devront fermer leurs portes pour une durée de trois semaines.

« Nous devons être conscients de notre devoir vis-à-vis de notre jeunesse. Nous pouvons nous féliciter dans notre pays d’avoir ouvert en premier nos écoles, et de les avoir maintenues ouvertes depuis septembre 2020. [...] Nos enfants ont besoin d’apprendre, d’être ensemble. Nul ne peut dire les effets d’une fermeture trop longue. Oui, le virus circule dans les établissements scolaires, mais pas plus qu’ailleurs, et l’éducation de nos enfants, elle, n’est pas négociable. » a ainsi expliqué Emmanuel Macron avant d'annoncer la fermeture de tous les établissements scolaires pour trois semaines en France. 

« C’est pourquoi nous devons prendre nos responsabilités. Oui, il faut freiner le virus. Aussi, nous allons fermer durant trois semaines les crèches, les écoles, les collèges et les lycées. Et oui, nous devons préserver l’éducation et l’apprentissage. C’est pour cela que le calendrier scolaire sera adapté pour ne pas laisser nos enfants seuls et sans apprendre. » a-t-il précisé.

Ainsi, du 6 au 9 avril, les cours pour les écoles, collèges et lycées se feront à la maison, « sauf pour les enfants de soignants et de quelques autres qui seront accueillis, de même que les enfants en situation de handicap » a détaillé le président de la République..

Les deux semaines suivantes, à partir du 12 avril, « la France entière, quelle que soit la zone de vacances, sera placée en vacances de printemps » a poursuivi Emmanuel Macron. Puis « la rentrée aura donc lieu pour tous le 26 avril, physiquement en primaire et maternelle, et à distance pour les collèges et lycée ». Enfin, le 3 mai, les collégiens et lycéens pourront retrouver leur établissement avec des jauges adaptées.

Pour beaucoup d'observateurs et d'experts médicaux, cette décision n'intervient que trop tard. Ils craignent donc que ces mesures ne soient pas suffisantes pour endiguer l'épidémie qui fait chaque jour de nombreuses victimes en France. Une question se pose alors : le confinement et la fermeture des écoles et des établissements non essentiels vont-ils être prolongés et s'étirer sur plusieurs semaines après le 2 mai ?

Emmanuel Macron a tenu à rassurer les citoyens : « Je pense que, jusqu’à la fin de l’année scolaire, il ne devrait pas y avoir un nouveau confinement (...) C’est essentiel qu’on reprenne les cours en présence pour les maternelles et les primaires le 26 avril, et pour les collèges et les lycées la semaine d’après. Je n’ai pas conditionné la réouverture des maternelles et des écoles, puis des collèges et des lycées, à des indicateurs sanitaires. Pourquoi ? Parce que ces trois semaines d’absence physique de cours sont déjà un effort important », a assuré le président de la République face à une classe de collégiens, avec laquelle il a pu discuter via la plateforme "Ma classe à la maison", du CNED. 

Après son intervention virtuelle dans la classe des élèves de 3e du collège Itard à Oraison (Alpes-de-Haute-Provence), Emmanuel Macron apporte plus de précisions sur la réouverture prochaine des écoles. Il explique au Parisien que « L’école est un lieu où le virus circule, mais n’est pas un lieu où le virus circule davantage. Par contre, c’est un lieu où l’avenir de notre pays se joue. Je ne pense pas que nous ayons le droit de sacrifier l’avenir de notre pays à la situation présente. » Il assure mener plusieurs batailles de front : « La santé est l’objectif premier, j’ai fait aussi de l’éducation une priorité. » 

Emmanuel Macron promet par ailleurs que le brevet ne sera pas annulé en 2021.

Face à ses détracteurs, le chef de l'État dit assumer coûte que coûte sa position. Il se félicite encore de ne pas avoir fermé les écoles ou imposer un confinement plus tôt, comme nos voisins européens. Emmanuel Macron ne veut pas imposer de confinement dur ou de mesures trop strictes pendant plusieurs mois d'affilée. « J’ai envie de raisonner à l’envers : je préfère me dire que nous avons préservé la vie de notre pays grâce à des mesures proportionnées », insiste-t-il.

Si le président de la République promet un été plus souple, avec la réouverture des commerces et de nombreux lieux de loisirs, il reconnaît que « le maître du temps, c’est le virus », et que la situation peut donc encore changer d'ici quelques mois.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche