Paris : les terrasses éphémères vont-elles pouvoir rester installées toute l'année ?

Par Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 14 juin 2021 à 11h48 · Mis à jour le 14 juin 2021 à 11h48
Les restaurants et les bars qui ne disposent habituellement pas de terrasses sont heureux : grâce au nouveau règlement parisien, de nombreux commerces vont pouvoir installer leur terrasse sur de nouveaux espaces dédiés, et ce pendant toute l'année.

La pandémie et les confinements vont changer le visage de Paris... indirectement. Pour soutenir les bars et restaurants, qui ont souffert de l'arrêt de leurs activités, la ville de Paris avait autorisé l'installation de terrasses éphémères, qui vont devenir des "terrasses estivales" à partir de 2022.

Cette nouveauté a été introduite dans le règlement revu et mis à jour qui encadre les terrasses à Paris. C'est dans ce même règlement que l'on retrouve une petite ligne qui va changer le quotidien des Parisiens et des établissements qui ne possèdent pas de terrasses pour le moment.

Lors des négociations entre les professionnels de la restauration et la mairie de Paris à propos de ce nouveau règlement, l'adjointe en charge du commerce Olivia Polski a souvent été interpellée : « beaucoup de restaurateurs nous ont fait remarquer qu’ils ne disposent pas de place suffisante devant leur commerce pour installer une terrasse classique », explique-t-elle.

La Ville de Paris a donc décidé d'offrir une opportunité égale à tous les restaurateurs en élargissant les droits d'installation de terrasses. 

À partir du 1er juillet 2021, date à laquelle ce règlement entre en vigueur, les établissements qui ne peuvent pas poser de tables devant leurs commerces ont désormais le droit d'installer leurs terrasses sur une à trois places de stationnement, de janvier à décembre. En revanche, ces terrasses ne peuvent avoir ni chauffage, ni éclairage, ni musique, et doivent être fermées à partir de 22 heures.

Cette nouvelle réjouit les professionnels... et dépite les habitants. « M’installer sur une place de stationnement, c’est le seul moyen pour moi d’avoir une terrasse. Et c’est tout de même 15 couverts de plus. Bien sûr que je vais en faire la demande. L’hiver, au moindre rayon de soleil, mes clients aimeraient pouvoir s’installer dehors. S’il fait froid, il suffira de leur donner un plaid », s'enthousiasme Claude Colliot, restaurateur travaillant rue des Blancs-Manteaux (4e), face aux journalistes du Parisien.

Les riverains, eux, ne cachent pas leur colère. « J’ai acheté un appartement au-dessus d’un restaurant qui ne dispose pas de terrasse, mais qui en a installé une sur une place de stationnement avec le Covid. J’ai fait un effort jusque-là, en ne disant rien. Mais si elle reste toute l’année… J’ai un enfant de 4 ans au sommeil léger ! » proteste Cécile, habitante de Paris centre.

L'adjointe à la mairie de Paris Olivia Polski veut apaiser ces tensions naissantes et rassurer les habitants : « ces terrasses seront très limitées, très encadrées. Ainsi que très surveillées, par la police municipale mais aussi par les méduses, ces capteurs sonores que nous multiplierons », promet-elle. La Ville de Paris défend cette nouvelle mesure, qui fait partie de son projet de transformation urbaine. « Offrir de nouveaux usages à l’espace libéré par la suppression prochaine de plus de 60 000 places de stationnement. C’est une nouvelle façon de voir la ville, de repenser l’espace public », argumente Olivia Polski.

Informations pratiques

Lieu

Paris
75 Paris

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche