70.000 places de parking supprimées à Paris avant 2026

Par Elodie D. · Publié le 21 octobre 2020 à 11h34 · Mis à jour le 21 octobre 2020 à 11h43
La mairie de Paris veut supprimer 70.000 places de parking sur les 140.000 places en surface de la capitale. Et Anne Hidalgo veut laisser les Parisiens décider et pose la question « Que feriez-vous de 10 m² en bas de chez vous » ? Jardins, pistes cyclables, aires de jeu, vous avez jusqu'au 20 décembre pour donner votre idée.

Voilà une nouvelle décision de la mairie qui va animer les conversations parisiennes : est-ce vraiment raisonnable de supprimer 70.000 places de parking dans Paris et surtout, que va-t-on en faire ? Ce mardi 20 octobre 2020, la Mairie de Paris a lancé une plateforme en ligne pour laisser les Parisiens donner leur avis, avec une question simple : « Que feriez-vous de 10 m² en bas de chez vous ? ».

Ce mercredi matin, plus de 99 propositions étaient proposées, en voici les principales idées : "des espaces pour faire du compost en bas de chez soi", "la pérennisation des terrasses éphémères", "des bornes de recharge pour vélos et scooters électriques". On peut tous laisser un avis, ou bien voter pour les propositions existantes.

Dans une interview au Parisien ce mardi 20 octobre, David Belliard, adjoint à la transformation de l’espace public, aux transports et aux mobilités, confirme la suppression future de 50% des places de parking dans les rues de la capitale. Soit un total de 70.000 sur les 800.000 places de parking de la capitale, et 65 hectares libérés.

Pour justifier cela, la mairie explique dans son communiqué que "pour un usage de courte durée, le coût de stationnement est globalement plus avantageux dans la rue que dans les parkings souterrains, avec une différence notable entre le centre et les arrondissements périphériques"."Au-delà de 2 heures, il est plus avantageux de stationner en sous-sol."

Pour la mairie, "les tarifs très bas dans les rues dissuadent les résidents de se garer en sous-sol. Un tarif unique d’environ 40€ par mois est très éloigné des prix pratiqués en sous-sol, en moyenne 154 €/mois, avec de fortes disparités suivant les arrondissements". Cette différence de prix des places de parking amène à une sur-utilisation des rues de Paris.

Sur une journée de semaine, "250 km de voirie, soit la distance entre Paris et Lille, sont utilisés par des véhicules immobiles de résidents", qui pourraient être stationnés dans les places souterraines [ndlr. Paris compte plus de 520.000 places de parking souterraines, appartenant à des sociétés privées]

Aussi, la Mairie va "engager une discussion avec les gestionnaires de parkings. J'ai bon espoir que des tarifs abordables seront proposés à une partie des clients, notamment pour le résidentiel", lance l'adjoint au maire au Parisien.

"Planter un arbre, c’est créer de l’ombre, rafraîchir la ville, absorber l’eau de pluie, entretenir notre relation physique avec la nature, héberger une petite faune, favoriser les continuités écologiques, et pourquoi pas pouvoir cueillir des fruits ?

Élargir un trottoir, c’est rendre plus confortable la marche dans Paris, favoriser son accessibilité.
Alors nos rues peuvent-elles se transformer en lieux de vie accueillants, créer le lien entre les domiciles et des espaces de plein air ? À vous de décider.

Imaginons aujourd'hui la ville de demain."

Les places de parking devraient être transformées avant la fin de la mandature d'Anne Hidalgo. Pour contribuer à votre tour, direction la consultation sur le site Idées.paris.fr. Après le 20 décembre, la mairie assure que des collectifs de quartier seront créés pour discuter des propositions et décider du devenir des places.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche