Paris : des tirs de mortier contre les toxicomanes des Jardins d'Éole

Par Alexandre G. · Publié le 27 juin 2021 à 10h40 · Mis à jour le 27 juin 2021 à 10h40
Au beau milieu de l'après-midi, samedi 26 juin 2021, des tirs de mortiers d'artifice ont été tirésà l'encontre des toxicomanes présents dans les Jardin d'Éole, un parc situé dans le 18e arrondissement de Paris. Les collectifs de riverains, en discussion depuis de nombreuses semaines avec la Mairie afin de trouver une solution concernant les addicts au crack du quartier, condamnent fermement ces agissements.

Nouvelle scène de guérilla urbaine dans le Nord-Est parisien. Ce samedi 26 juin 2021, dans les Jardins d'Éole infestés de consommateurs de crack depuis de nombreuses semaines, des tirs de mortiers d'artifice ont éclaté vers 16h. Pendant quelques minutes, le parc du 18e arrondissement et les toxicomanes qui s'y trouvent ont été visés par des tirs de mortier, tandis que des familles s'y promenaient également avec leurs enfants. 

Aussi, d'après une source policière interrogée par nos confrères du Figaro, les tirs provenaient d'une vingtaine d'individus, qui ont réussi à prendre la fuite dès l'arrivée des forces de l'ordre. Seulement une personne a été interpellée et placée en garde à vue. En ce sens, les collectifs de riverains engagés dans la réhabilitation de ce parc par les habitants -et seulement les habitants- condamnent avec fermeté ces agissements.  

"Vers 16 heures, on a entendu comme des coups de feu assez nombreux et assez denses sans savoir ce que c'était et c'est en s'approchant des fenêtres qu'on a vu une sorte de bagarre dans le parc avec des gens qui se tiraient dessus. C'est là qu'on a compris qu'il s'agissait d'un nouvel épisode de tirs de mortier", explique au Figaro un riverain. Il y a maintenant 1 mois, les mêmes tirs de mortiers avaient éclaté aux abords de la place Stalingrad. 

Depuis de nombreuses semaines, des discussions ont lieu entre les pouvoirs publics -la Mairie de Paris et des arrondissements concernés- et les collectifs de riverains engagés dans la défense de leurs droits et la préservation de leur territoire. Anne Hidalgo a promis à ces habitants de faire partir les toxicomanes du parc avant le 30 juin. En revanche, le lieu où ces toxicomanes vont être reconduits n'a toujours pas été indiqué. 

Crack à Paris : le Jardin d'Eole rendu aux habitants avant "fin-juin", promet Anne HidalgoCrack à Paris : le Jardin d'Eole rendu aux habitants avant "fin-juin", promet Anne HidalgoCrack à Paris : le Jardin d'Eole rendu aux habitants avant "fin-juin", promet Anne HidalgoCrack à Paris : le Jardin d'Eole rendu aux habitants avant "fin-juin", promet Anne Hidalgo Crack à Paris : le Jardin d'Eole rendu aux habitants avant ”fin-juin”, promet Anne Hidalgo
À l'issue d'une réunion entre les mairies d'arrondissement et des associations du Nord-Est de Paris, Anne Hidalgo a annoncé son intention de libérer le jardin d'Eole, dans le 18e arrondissement, des toxicomanes, et ce avant ”fin-juin”. Elle promet de ”l'accompagnement” pour les consommateurs. [Lire la suite]

Trafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'ÉtatTrafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'ÉtatTrafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'ÉtatTrafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'État Crack à Paris : la Ville, les mairies d'arrondissement et l'État en quête de solutions
La maire de Paris dénonce le manque d'action de la part de l'État face à la gangrène du trafic de crack qui ronge le nord-est de Paris depuis de longues années. Pour l'heure, les toxicomanes ont été regroupé dans les jardins d'Eole, sur décision de la préfecture de police de Paris. Le 7 juin, l'exécutif prévoit une réunion afin de trouver, en accord avec les mairies d'arrondissement et la Ville, des solutions pérennes. [Lire la suite]

Informations pratiques

Lieu

45 rue d'Aubervilliers
75018 Paris 18

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche