Pass sanitaire : une clinique refuse d'examiner une patiente sans pass

Par Graziella L. · Mis à jour le 31 juillet 2021 à 17h19 · Publié le 31 juillet 2021 à 17h18
La vidéo d'un ambulancier qui circule depuis le 29 juillet a provoqué un véritable buzz autour du pass sanitaire. Il fait état d'une clinique privée qui a refusé de réaliser l'examen du coeur d'une patiente car cette dernière n'avait pas de pass sanitaire.

Dans cette vidéo d'abord évoquée comme une fake news, un homme en blouse blanche indique être ambulancier et avoir déposé une patiente dans une clinique privée pour un examen du coeur. Examen qui lui aurait été refusé au motif qu'elle n'avait pas de pass sanitaire

20 Minutes a contacté la société d'ambulance que l'on voit sur la blouse et a pu confirmer cette situation. Pourtant, le pass sanitaire ne doit être demandé pour recevoir des soins, hors urgences, qu'à partir du 9 août.

Pass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgencesPass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgencesPass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgencesPass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgences Hôpital : pass sanitaire validé par le Conseil constitutionnel mais sous condition
À compter du 9 août 2021, le pass sanitaire sera obligatoire dans les maisons de retraite, les établissements médico-sociaux et les hôpitaux, mais pas aux urgences. Ce 5 août 2021, le Conseil constitutionnel a validé en partie le projet de loi autour du pass sanitaire et de la vaccination obligatoire des soignants. Toutefois, la loi est validée par les Sages à condition qu'il n'y ait pas d'"obstacles à l'accès aux soins" dans les hôpitaux. [Lire la suite]

"On s’assoie aussi sur la liberté d’accès aux soins. C’est inadmissible !" s'insurge l'ambulancier, cri de colère repris par des milliers d'internautes. La société d'ambulance dans laquelle il est salarié félicite la diffusion de cette vidéo, qui montre "la réalité du terrain". Elle déplore cette situation qui risque de se répéter et qui occasionne des coûts inutiles. 

La Chambre nationale des services d'ambulance (CNSA) a déjà constaté cet état de fait depuis l'annonce des nouvelles mesures sanitaires et indique également que l'ARS a imposé un vigile à l'entrée des établissements hospitaliers dans le Grand Est. "La profession est déjà en souffrance à cause de ses problèmes de recrutement et d’attractivité et, pour ne rien arranger, nous estimons qu’entre 10 à 15 % du personnel ambulancier ne pourra pas assurer son service à cause du pass sanitaire" se désole Guillaume Narguet, secrétaire général de la Chambre, auprès de 20 Minutes.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche