Cyber-harcèlement : 20% des jeunes en auraient déjà souffert, selon une étude

Par Cécile D.
Une réalité de plus en plus commune, et de plus en plus effrayante : en ligne, les jeunes sont de plus en plus souvent la cible de harcèlement. Une étude réalisée par e-Enfance, l'association de protection de l'enfance sur internet, et la Caisse d'épargne montre que 20% des jeunes de 8 à 18 ans ont déjà été victime de cyber-harcèlement.

En France, en 2021, 63% des enfants et adolescents de 8 à 18 ans sont inscrits sur les réseaux sociaux. En moyenne, les enfants reçoivent leur premier appareil numérique (smartphone ou tablette) à 10 ans. En conséquence, les jeunes sont exposés de plus en plus tôt à Internet... et à sa population parfois violente.

L'association de protection de l'enfance sur Internet e-Enfance et la Caisse d'Epargne ont mené une étude sur le cyber-harcèlement auquel les jeunes font face, et les chiffres font froid dans le dos. Cette enquête a été conduite entre le 15 avril et le 2 mai 2021, auprès d'un échantillon de 1 204 binômes parent/enfant, soit 2 408 personnes interrogées en tout.

Cette étude, dont le contenu est révélé ce mercredi 6 octobre par France bleu, dévoile que 20% des jeunes interrogés ont déjà été la cible de harcèlement en ligne. Les plus vulnérables sur Internet son les jeunes filles âgées en moyenne de 13 ans : elles représentent 51% des victimes parmi cet échantillon interrogé.

Le cyber-harcèlement peut prendre plusieurs formes, et peut avoir plusieurs causes. Jalousie et vengeance (45%), différences de goûts et de comportements (38%), ou encore différences physiques (36%) suffisent à attirer la haine d'autres utilisateurs.

Ce genre d'attaques a plus de risque de se perpétrer, puisque le temps d'écran augmente régulièrement chez les jeunes. Dans cette étude, les personnes interrogées avouent passer en moyenne deux heures par jour sur les réseaux sociaux pour communiquer et échanger avec leur groupe d’amis (83%), suivre ce qu’ils font (55%), et rechercher des contenus divertissants pour s’amuser (53%). Cette présence en ligne toujours plus longue augmente les risques d'exposition aux contenus choquants.

Pour les parents, ces risques ne sont pas toujours bien évalués. Plus de 8 parents sur 10 (83 %) reconnaissent ne pas savoir exactement ce que leurs enfants font sur Internet ou sur ces nouveaux moyens de communication. Ils sont également 78% à avouer ne pas avoir le contrôle total sur ce que leurs enfants font sur Internet, et 74% estiment que leurs enfants prennent des risques en surfant sur la Toile.

Un manque de contrôle que les adultes tentent de réparer, en essayant de mettre « en place au moins une action permettant de prévenir les risques encourus par leur enfant sur Internet ou sur les réseaux sociaux », expliquent 95% des parents interrogés.

Pour prévenir ces dangers numériques, 9 parents sur 10 aimeraient que l'école accompagne les élèves pour lutter contre le cyber-harcèlement.

En conclusion de cette étude, e-Enfance rappelle le numéro national contre les violences numériques : le 3018.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche