Grève sur Twitch : les joueurs s'allient face aux vagues de harcèlement de plus en plus fortes

Par Cécile D. · Publié le 2 septembre 2021 à 15h15
Les réseaux et plateformes de partage sont souvent le théâtre d'opérations de harcèlement et de haines. Ces derniers mois, sur Twitch, ces événements ont pris des proportions dantesques. Protestant ces vagues de haine, qui visent souvent des personnes racisées, de nombreux joueurs se mettent en grève.

Certains voyaient en elle le nouveau géant d'Internet, la plateforme de vidéo qui remplacerait toutes les autres. Aujourd'hui, Twitch est dans la tourmente. Le service de streaming d'Amazon s'est mis à dos ses utilisateurs au cours de récents événements qui ont amené de nombreux joueurs à faire "grève". Le mot-clé #ADayOffTwitch ("un jour sans Twitch") s'est popularisé sur les réseaux sociaux, incitant les utilisateurs à boycotter la plateforme. 

De grands noms de streamers suivent ce mouvement : ils ont refusé de tourner des vidéos en direct, mercredi 1er septembre. La raison de ce mouvement de protestation : les déferlements de haine et de harcèlement raciste et misogyne qui se multiplient à l'encontre de nombreux créateurs de contenus. 

En marge des "lives", les espaces de discussion instantanés se voient inondés d'insultes sexistes raciales, homophobes... Appels au suicide, au meurtre, au viol... Les victimes de ces attaques organisées ne se sentent plus protégées par Twitch, qui ne modère pas ces espaces.

Ces phénomènes de haine se sont amplifiés depuis mai 2021 et l'ajout d'une nouvelle fonctionnalité sur la plateforme. Une liste de 350 nouveaux mots-clés a été ajoutée, afin de mieux labelliser le contenu d'une vidéo. Un outil très utile pour les harceleurs, qui peuvent plus facilement trouver les lives qui comportent des mots-clés comme "Noir", "transgenre" ou "handicapé".

Pour interpeller les dirigeants de la plateforme, un mouvement de grève a donc été organisé. Un porte-parole de Twitch a assuré que les créateurs étaient entièrement soutenus par le service de streaming. « Personne ne devrait avoir à subir des attaques malveillantes pour qui ils sont ou leurs opinions, et nous travaillons dur pour empêcher les comptes interdits de passer entre les mailles du filet, ainsi que sur des améliorations pour rendre Twitch plus sûr pour les créateurs », a-t-il commenté à l'AFP.

Des promesses qui sonnent comme des paroles creuses pour les streamers, qui ont plus d'un problème à reprocher à la plateforme d'Amazon.

En effet, les créateurs de contenus doivent déjà donner 50% de leurs revenus à Twitch, une commission très large qui prive les créateurs d'une bonne partie de l'argent qu'ils génèrent avec leurs vidéos. Au début du mois d'août 2021, Twitch a annoncé que de nouvelles règles de tarification entraient en vigueur. Les prix des abonnements baissent, les créateurs de contenu vont donc gagner moins d'argent. Pour compenser cette perte, la plateforme avait suggéré aux streamers de faire des lives plus longs et plus régulièrement, selon une grille de quotas horaires. Une proposition qui a déclenché la fureur des vidéastes.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche