Paris : les terrasses éphémères vont disparaitre à partir du 1er novembre

Par Graziella L. · Photos par My B. · Publié le 30 octobre 2021 à 10h24
Les terrasses éphémères doivent toutes disparaitre dès le 1er novembre. Installées dans les rues de Paris pour aider la réouverture des bars et des restaurants avec la pandémie, ces terrasses pourront être réinstallées pour chaque saison estivale, du 1er avril au 31 octobre.

Les terrasses éphémères, mises en place pour aider les restaurateurs à maintenir leur activité durant la pandémie de Covid-19, vont devoir disparaitre dès le 1er novembre 2021. Les gérants des établissements ont jusqu’au 31 octobre pour démonter leur terrasse, sous peine d’amende. L'adjointe à la Mairie de Paris, Olivia Polski, indiquait au Parisien que l'amende serait la première étape, avant un démontage par les services de la ville, facturé aux bars et restaurants contrevenants. 

Mais bonne nouvelle pour le secteur, elles pourront cependant être réinstallées tous les ans d'avril à octobre à partir de 2022, sous la forme de terrasses payantes cette fois. En effet, depuis mars 2020, elles étaient gratuites et ont ont fleuri sur les trottoirs et parisiens, devant de nombreux bars et restaurants de la capitale.

Ces nouvelles terrasses devront cependant fermer à 22 heures, pour limiter les nuisances sonores. Elles seront également soumises à une demande d'autorisation en ligne auprès de la Mairie de Paris, qui a indiqué qu'elles seront délivrées à titre personnel et temporaire, même si "elles sont reconductibles de manière tacite chaque année".

Cette décision intervenue en juin faisait partie de la réforme du règlement des étalages et terrasses. Selon l'accord trouvé avec les professionnels du secteur, ces terrasses restent donc gratuites jusqu'au 30 septembre 2021, puis elles deviendront payantes. La mairie a également proposé à des commerces culturels comme les librairies et les disquaires, les fleuristes et les hôtels de faire la demande pour installer leur propre terrasse.

Mais elles devront respecter certains codes esthétiques : les barnums, bois de palette, toits et bâches sont interdits et le mobilier ne doit pas dépasser les 1m30 de hauteur. Des contrôles de police seront effectués pour s'assurer que tous les établissements se conforment bien aux règles.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche