Coronavirus : un test pour mesurer le degré d'immunité ?

Par Rizhlaine F. · Publié le 27 avril 2020 à 13h33 · Mis à jour le 27 avril 2020 à 15h38
Un test permettant de mesurer le degré d'immunité au coronavirus aurait été développé par un laboratoire français. Il s'agit là du premier test du genre a avoir été mis au point dans ce contexte épidémique.

Alors que la progression de l'épidémie de coronavirus en France ralenti et que l'ensemble du territoire se prépare au déconfinement, la question de l'immunité face au virus demeure d'une grande importance. Est-il possible pour une personne ayant déjà été guérie de contracter le virus une deuxième fois ? Pendant combien de temps serions-nous immunisés ? L'immunité collective est-elle possible ? 

Un nouveau test élaboré par un laboratoire français pourrait permettre d'aider sur cette problématique et sur le processus de déconfinement. Alors que d'autres tests sérologiques permettent de déterminé si un individu a déjà ou non contracté le coronavirus grâce à la présence d'anticorps, le laboratoire de vaccinologie Pasteur-TheraVectys aurait mis au point un test qui permettrait de mesurer le degré d'immunité d'une personne ayant déjà été guérie du covid-19 ainsi que de ceux qui ont été exposés au virus.

Selon Libération qui a publié une interview de Pierre Charneau, directeur du laboratoire Pasteur-Theravectys, ce test aurait d'abord été expérimenté sur le lycée Jean-Monnet de Crépy-en-Valois dans l'Oise dans le cadre d'une étude de l'Institut Pasteur. Depuis, il serait d'ores et déjà utilisé depuis le 20 avril 2020 par la recherche épidémiologie et pourrait être rendu accessible auprès de chacun prochainement.

L'efficacité des anticorps mesurée par ce test sérologique serait classée selon trois catégories : non-neutralisant, faible et fort neutralisant. Auprès de Libération, Pierre Charneau décrit ce test comme ayant un taux d'erreur très faible. Sa production à haut débit serait également également envisageable, le directeur du laboratoire estime qu'une seule machine pourrait permettre d'analyser 50 000 à 100 000 échantillons par semaine.

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche