Coronavirus : combien de temps reste-t-on immunisé ?

Par Laurent P. · Publié le 23 juin 2020 à 17h37 · Mis à jour le 25 juin 2020 à 16h05
Combien de temps sommes-nous immunisés contre le coronavirus ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre une étude menée conjointement par des chercheurs chinois et américains, publiée sur le site medRxiv.org. Une immunité qui durerait entre "pas longtemps" et "au moins deux mois".

L'immunité contre le coronavirus, une arlésienne dans le monde de la recherche qui pourrait bien avoir un début de réponse sur sa durée... Des chercheurs aux universités de Wuhan et de Galveston, au Texas, ont mené conjointement une étude publiée sur le site medRxiv.com, donnant un aperçu de la durée de l'immunité au Covid-19. Et la réponse est loin de rassurer : "Après une infection au Sars-CoV-2, les gens ont peu de chance de produire des anticorps protecteurs sur le long terme" expliquent ainsi les auteurs de l'étude. Une immunité qui durerait entre "pas longtemps" et "au moins deux mois".

Cette étude se base sur 23 000 échantillons de soignants ayant travaillé dans les différents hôpitaux de Wuhan. Sur ces 23 000 échantillons, seuls 4% avaient des anticorps en avril 2020, alors qu'au moins un quart d'entre eux auraient été contaminés. L'étude explique également, en comparaison, que les anticorps produits peu de temps après avoir été contaminé par le Sars-CoV-1 (le SRAS) restent plus longtemps dans l'organisme que ceux produits après avoir contracté le Covid-19.

Les chercheurs ont également indiqué que la présence d'anticorps est plus importante plus les personnes atteintes du coronavirus sont âgées : sur les échantillons étudiés, parmi le personnel médical, seuls 2,8% des personnes de moins de 30 ans ont développé une immunité, contre 9,6% pour les personnes ayant entre 60-69 ans et 10% pour les plus de 70 ans. Des chiffres qui pourraient s'expliquer, comme l'indiquent nos confrères d’Ouest France, "par des plus grandes responsabilités des groupes plus jeunes, explique l’étude. Le fait de pouvoir plus difficilement rester en quarantaine lorsque l’on doit aller travailler par exemple".

Une immunité qui devra être précisée à travers d'autres études, notamment celle de grande ampleur menée en Allemagne lancée en avril.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche