Covid : Reconfinement en Guadeloupe pour 3 semaines minimum, une "situation catastrophique"

Par Manon C., Cécile D. · Mis à jour le 3 août 2021 à 10h30 · Publié le 3 août 2021 à 10h29
La Guadeloupe fait partie des zones de France où la progression de l'épidémie de Covid-19 est la plus inquiétante. Depuis le 2 août 2021, aucun déplacement entre la métropole et la Guadeloupe n'est autorisé s'il n'est pas justifié par un motif impérieux pour les personnes non vaccinées. Et à compter du 4 aout à 20h, la Guadeloupe se reconfine pour 3 semaines minimum.

Face à l'épidémie de Covid-19, la situation en Guadeloupe inquiète. Le gouvernement a de nouveau placé les territoires de Guadeloupe, de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin en état d'urgence sanitaire, du 28 juillet jusqu'au 30 septembre 2021. Cette situation sanitaire exceptionnelle pousse les autorités à mettre en place des mesures toutes aussi exceptionnelles.

Ainsi, les déplacements entre la Guadeloupe et la métropole sont à nouveau fortement limités. Les personnes non vaccinées ne peuvent plus voyager de ou vers la Guadeloupe sans motif impérieux depuis le 2 août 2021.

Pour rappel, voici la liste des motifs de déplacement considérés comme impérieux :

  • motif d'ordre personnel ou familial,
  • motif de santé relevant de l'urgence,
  • motif professionnel ne pouvant être différé.

 

De plus, la préfecture de Guadeloupe a mis en place une série de restrictions, afin de stopper la progression du Covid-19. Un couvre-feu a donc été rétabli entre 21 heures et 5 heures du matin, depuis le 30 juillet.

Mais face à une situation qualifiée de "catastrophique" et un dépassement des "3000 cas par jour" d'après Valérie Denux, directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe, la Guadeloupe va être reconfinée pour une durée de 3 semaines minimum à compter du 4 aout prochain à 20h, a annoncé, ce lundi 2 août, le préfet Alexandre Rochatte.

Le couvre-feu va donc être “avancé à 20h jusqu’à 5h” à compter du 4 aout prochain, a annoncé le préfet. Il y aura également “des restrictions de déplacement dans une sphère de 10 km autour de son domicile. Pour aller plus loin, il faut un motif impérieux" et donc une attestation. 

Concernant les commerces, ces derniers restent ouverts, tout comme les restaurants le midi, mais les bars, les gymnases, les stades et les piscines ferment leurs portes. Les pique-niques sont désormais interdits sur les plages, où seules les promenades, activités sportives individuelles et baignades restent autorisées. 

“J’en appelle à ce que toutes les manifestations du mois d’août soient annulées ou reportées, notamment les fêtes patronales” a déclaré le préfet. “J’espère qu’on n’aura pas besoin d’aller plus loin." 

Les autorités sanitaires de Guadeloupe craignent une pression trop forte sur les services de santé de l'archipel, qui sont déjà en grande difficulté. BFMTV rapporte que le CHU de Pointe-à-Pitre a activé son plan blanc, afin de mobiliser de nouvelles ressources. Cependant, cela ne devrait pas suffire en cas de pic de contamination : la capacité maximale de l'hôpital est de 70 lits.

Les soignants travaillent avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête : 30% de la population guadeloupéenne est à risque face à ce virus : maladies longues, taux d'obésité élevé ou vieillissement marqué de la population ne facilitent pas la guérison des malades. Les Guadeloupéens sont de plus très peu immunisés : on compte seulement 21% de primo-vaccinés et 15% de personnes entièrement vaccinées contre le Covid-19.

“Le taux d’incidence est à 828 pour 100.000 habitants. On n’a jamais atteint ce taux en Guadeloupe” a déclaré la directrice de l'ARS, enjoignant “toutes les forces médicales qui voudraient bien nous aider, y compris ceux qui sont en congés sur le territoire." 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche