Coronavirus : est-il encore possible d'éviter un reconfinement en France ?

Par Alexandre G. · Publié le 26 octobre 2020 à 12h46 · Mis à jour le 26 octobre 2020 à 12h46
Depuis le début du mois d'octobre 2020, les données quotidiennes de Santé Publique France alarment un peu plus chaque jour sur la dégradation de la situation sanitaire en France. Face au regain de l'épidémie de coronavirus, l'issue d'un reconfinement localisé ou à l'échelle nationale semble inévitable. Seulement, reste-t-il encore des motifs d'espoirs afin de nous dispenser de cette obligation ? On fait le point.

Comment éviter un nouveau confinement en France ? Rien n'arrête la course folle de l'épidémie de coronavirus dans l'Hexagone, alors que "la situation hospitalière se rapproche de celle observée au cours de la première vague, après la mi-mars 2020" indique Santé publique France, et que 67% des lits de réanimation sont occupés par des patients Covid en Île-de-France.

En conséquence, comme l'a demandé au micro de BFMTV le directeur de l'ARS de la région, Aurélien Rousseau, ce dimanche 25 octobre, des "mesures plus restrictives" doivent être prises par l'exécutif dans le but de freiner l'épidémie. Et comme le couvre-feu ne semble pas faire effet après 2 semaines d'application, l'hypothèse d'un reconfinement localisé ou généralisé est dans tous les esprits, en particulier l'exécutif. Le même jour, 52 000 nouveaux cas et 116 morts étaient recensés en 24h selon Santé publique France.

Depuis l'instauration de la restriction, l'exécutif multiplie les messages d'alerte à la population, sans manquer de rappeler que "des mesures beaucoup plus dures" seront prises "si l'épidémie n'est pas jugulée" informe le Premier ministre. Vendredi, le président de la République estimait qu'il était encore "trop tôt pour dire si on va vers des reconfinements locaux ou plus larges". Avec cette citation, on comprend qu'il n'y a pas vraiment d'alternative aux yeux des gouvernants. 

Dans le même temps, les médecins de l'AP-HP et d'autres libéraux appellent à un élargissement du couvre-feu à 19h et sur toute la France, avec un confinement le week-end. Même son de cloche du côté de la région Grand Est, puisque son président Jean Rottner a témoigné sur Twitter avoir "réuni son exécutif" avec "la certitude que nous allons vers un reconfinement différent du premier"

Aussi, l'ancien médecin urgentiste a "demande à chacun d'entre nous d'être prêt dès cette semaine", a-t-il conclu sur le réseau social. Enfin, interrogé sur BFM TV, l'élu Les Républicains estime que la situation est "implacable", étant donné qu'il "regarde les chiffres" et que "les courbes parlent d'elles-mêmes". 

En simultané, son confrère de l'Union régionale des professionnels de santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes Pierre-Jean Ternamian alerte le même jour toujours sur BFMTV à propos de la nécessité de "casser absolument cette progression exponentielle". Et d'après lui, une seule solution pourrait être efficace. "Imposer des confinements les week-ends". En conséquence, l'issue d'un reconfinement, partiel, généralisé, ou appliqué seulement aux fins de semaine semble presque inévitable. À moins que d'ici mercredi, soit en à peine 72h, les chiffres soient positifs. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche