Covid : la commercialisation des autotests bloquée par le ministère de la Santé

Par Laurent P. · Publié le 2 avril 2021 à 12h03 · Mis à jour le 2 avril 2021 à 12h04
La commercialisation des autotests Covid bloquée par le ministère de la Santé ? C'est ce qu'a expliqué l'épidémiologiste Martin Blachier ce vendredi 2 avril au micro de nos confrères d'Europe 1. Des tests pourtant validés par la Haute Autorité de Santé mi-mars, mais dont la décision finale de mise sur le marché revient au locataire de l'avenue Duquesne.

Vers un nouveau couac du gouvernement concernant les autotests Covid ? C'est ce que semble indiquer l'épidémiologiste Martin Blachier, ce vendredi 2 avril au micro de nos confrères d'Europe 1, expliquant que le ministère de la Santé bloquerait leur commercialisation. Les autotests "sont dans les entrepôts, dans les différentes villes de France, en attendant que le ministre de la Santé veuille bien comprendre - et j'espère pas trop tard - que c'est un moyen qui peut permettre au président de la République de tenir sa promesse de rouvrir le pays le 15 mai", a ainsi indiqué l'épidémiologiste.

Pourquoi le ministère bloquerait-il leur commercialisation ? Selon nos confrères d'Europe 1, plusieurs autorisations sont nécessaires avant une possible mise sur le marché. Celle de la Haute Autorité de Santé a été annoncée mi-mars, recommandant leur usage pour les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans. L'Agence de sécurité du médicament, quant à elle, doit donner son feu vert début avril, et doit se prononcer sur leur conformité. La dernière, quant à elle, doit être délivrée par le ministère de la Santé.

Toujours selon Europe 1, "Olivier Véran a assuré que ces autotests n’étaient pas "simples" à utiliser". Le ministre de la Santé remet également en cause leur fiabilité, pourtant jugée à 80% par la HAS. Le gouvernement doit par ailleurs "lancer une expérimentation dans les prochaines semaines pour déterminer l’utilité de ces autotests". Un ralentissement certain quant à la commercialisation de ce dispositif dont des stocks ont déjà été acheminés pour beaucoup dans les grandes surfaces. C'est le cas par exemple de Lidl ou encore de Carrefour qui ont même indiqué les prix de vente.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche